Loukachenko accuse Washington d’être derrière les émeutes en Biélorussie

Le Président biélorusse, Loukachenko, a affirmé que les troubles qui touchent son pays ont été orchestrés par les États-Unis. Selon lui, il s’agit d’un plan pensé depuis longtemps pour établir un «couloir» entre la Baltique et la mer Noire autour de la Russie.

Il a assuré que la situation était «très politisée, mais pas désastreuse», évoquant sa rencontre avec des chefs des forces de l’ordre, lesquels ont assuré qu’ils «ne vont pas céder le pays à qui que ce soit». Il a également indiqué qu’il poursuivrait sa politique stricte afin de stabiliser la situation intérieure.

À propos de l’opposition, le Président a affirmé qu’il existait plusieurs centres de pouvoir tournés contre la Biélorussie, où «des gouvernements en exil se sont installés», soulignant qu’il n’était prêt à mener un dialogue politique qu’avec les collectifs de travailleurs.

Les manifestations en Biélorussie sont dirigées par les États-Unis et les Européens jouent le jeu, a affirmé le Président Alexandre Loukachenko lors d’un discours tenu devant les ouvriers d’une usine agricole. Il estime que l’Occident a préparé ce «bordel» et tente de diriger les citoyens biélorusses, d’une manière ou d’une autre, contre la Russie.

Selon Loukachenko, la Biélorussie reste le «dernier maillon» des plans occidentaux qui visent à établir un «couloir», un «cordon sanitaire» entre les mers Baltique et Noire, qui comprend également l’Ukraine et les trois pays baltes.

Les protestations à l’égard du pouvoir ont commencé le 9 août, dès l’annonce du résultat des élections présidentielles remportées par le leader biélorusse pour la sixième fois consécutive. Selon les données officielles, il a récolté 80,1% des voix, sa principale opposante, Svetlana Tikhanovskaïa, n’en obtenant que 10,1%.

Durant les premiers jours, les manifestations ont été réprimées par les forces de l’ordre à l’aide de gaz lacrymogènes, de canons à eau ou encore de grenades sonores. Plus de 6.700 personnes ont été interpellées. Les violences engendrées par ces mouvements ont fait des centaines de blessés et trois morts parmi les manifestants.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer