Libye: Al-Saadi al-Qadhafi libéré et parti pour la Turquie

Al-Saadi al-Qadhafi, un des fils de l’ex-dirigeant libyen Moammar al-Qadhafi, détenu dans une prison de la capitale Tripoli depuis 2014, a été libéré à la suite d’une décision de justice datant de plusieurs années, selon une source du ministère de la Justice.

De nombreux médias locaux ont indiqué ce dimanche soir que Al-Saadi al-Qadhafi avait déjà quitté le territoire libyen sur un vol en direction de la Turquie.

“Al-Saadi al-Qadhafi a été libéré de prison, en exécution d’une décision de justice” rendue il y a plusieurs années, a affirmé une source du ministère de la Justice sans préciser s’il était encore en Libye.

Les sources ont ajouté que le processus de libération est venu sur la base des efforts du Premier ministre du gouvernement d’unité nationale, Abdul Hamid Dbeibeh, lors d’une réunion avec la tribu al-Qadhafi concernant l’accord de libération d’al-Saadi et son départ pour la Turquie , en exécution d’un verdict d’acquittement des charges retenues contre lui.

Une source du bureau du procureur général a affirmé que le fils al-Qadhafi avait été libéré sur recommandation du procureur.

Le procureur général a demandé, il y a plusieurs mois, l’exécution de la décision relative à la libération de Al-Saadi al-Qadhafi dès que toutes les conditions requises ont été satisfaites, a-t-elle affirmé, rappelant qu’il était libre de rester ou de partir.

Extradé du Niger le 6 mars 2014, où il avait fui après l’insurrection de 2011, Al-Saadi al-Qadhafi, 47 ans, a été jugé et acquitté en avril 2018 par la Cour d’appel de Tripoli du meurtre en 2005 d’un ancien entraîneur du club de football Al-Ittihad de Tripoli, Bachir Rayani.

Il devait également être jugé pour son implication présumée dans la répression meurtrière de la révolte ayant mis fin au régime de son père Mouammar al-Qadhafi en 2011.

Ce dernier, ancien patron de la fédération libyenne de football, a d’abord été connu pour sa brève carrière dans le championnat italien avant qu’Interpol ne demande son arrestation ainsi que celle de sa famille pour leur rôle dans la répression de 2011.

Le club de Pérouse avait recruté al-Saadi en 2003 sur demande du président du Conseil italien Silvio Berlusconi, qui entretenait des liens étroits avec la Libye.

De niveau médiocre et suspendu trois mois pour dopage, le fils de al-Qadhafi n’a que très peu joué, le pic de sa carrière footballistique étant d’être resté 15 minutes sur le terrain contre la Juventus en 2004.

Quelques jours avant la mort de son père, al-Saadi a dénoncé devant les médias une notice “politique” de la part d’Interpol.

Bien qu’accusé de tirs contre les manifestants et d’autres crimes lors du soulèvement, al-Saadi n’est pas poursuivi par la Cour pénale internationale, contrairement à son frère Seif al-Islam.

Parlant au New York Times en juillet, Seif al-Islam, qui n’était pas apparu en public et ne s’était pas exprimé depuis 2014, a assuré que le clan al-Qadhafi n’avait pas dit son dernier mot, ajoutant qu’il était un homme libre organisant son retour politique.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page