Antonio Guterres appelle à s’unir contre la menace terroriste en Afghanistan

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé lundi la communauté internationale à s’unir pour «supprimer la menace terroriste» en Afghanistan, après la prise de Kaboul par les talibans.

La communauté internationale doit s’unir pour s’assurer que l’Afghanistan ne soit jamais à nouveau utilisé comme une plateforme ou un refuge pour des organisations terroristes, a déclaré M. Guterres, lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité.

Le secrétaire général de l’ONU a également appelé «le Conseil de sécurité et la communauté internationale dans son ensemble à faire front, à travailler ensemble et à agir ensemble, et à utiliser tous les outils à leur disposition pour supprimer la menace terroriste mondiale en Afghanistan et pour garantir que les droits humains fondamentaux soient respectés».

Antonio Guterres a aussi appelé «les talibans et toutes les parties à respecter et à protéger le droit humanitaire international et les droits et libertés de toutes les personnes», se disant particulièrement inquiet à cause de récits de violations croissantes des droits humains à l’encontre des femmes et des jeunes filles afghanes.

Nous recevons des informations effrayantes faisant état de violations graves des droits humains dans tout le pays, a ajouté le secrétaire général depuis le siège de l’ONU à New York.

Les prochains jours seront cruciaux, a-t-il ajouté, le monde nous regarde, nous ne devons ni ne pouvons abandonner la population en Afghanistan, a-t-il déclaré, alors que des milliers de personnes tentaient désespérément de fuir le pays à l’aéroport de Kaboul.

La communauté internationale a “mal évalué” la situation en Afghanistan, où les Taliban se sont très rapidement emparés du pouvoir à la suite du retrait des troupes étrangères, a estimé le chef de la diplomatie allemande. Il n’y a rien à dire de plus. Nous tous, le gouvernement, les services de renseignement, la communauté internationale, nous avons mal évalué la situation, a réagi Heiko Maas.

Les Taliban ont pris possession de Kaboul, dimanche 15 août, criant victoire dans la soirée depuis le palais présidentiel de la capitale afghane. Ashraf Ghani a, quant à lui, quitté l’Afghanistan pour une destination qui était encore inconnue dimanche soir. Le désormais ex-président afghan a notamment reconnu que “les Taliban [avaient] gagné”.

Alors que plusieurs pays demandaient un “transfert pacifique du pouvoir”, deux responsables talibans ont déclaré à Reuters qu’il n’y aurait pas de gouvernement de transition en Afghanistan et que le groupe s’attendait à une passation complète du pouvoir.

De nombreux pays occidentaux ont poursuivi et accéléré l’évacuation de leurs ressortissants, entre dimanche et lundi. En revanche, Moscou ne prévoit pas d’évacuer son ambassade à Kaboul, la Russie faisant partie des pays ayant reçu des garanties de la part des Taliban quant à la sécurité de leurs diplomates.

par: Arab Observer 



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page