Aqila Saleh: une feuille de route pour mettre fin à la crise libyenne

 

Le président du Parlement libyen, Aqila Saleh, a annoncé une feuille de route pour mettre fin à la crise dans le pays, et a proposé la formation d’un conseil présidentiel par consensus ou vote entre les représentants des régions de la Libye et sous la supervision des Nations Unies.
L’initiative a ajouté qu’après son approbation, le Conseil présidentiel nommera un Premier ministre et des représentants adjoints représentant les trois régions pour former un gouvernement à présenter à la Chambre des représentants pour gagner la confiance, et le Premier ministre et ses deux députés seront partenaires pour approuver les décisions du Conseil des ministres.

Aqila Saleh a suggéré de former un comité d’experts et d’intellectuels pour développer et rédiger une constitution pour le pays après laquelle des élections présidentielles et parlementaires seront organisées, selon des sources informées.
L’initiative a souligné que “les forces armées nationales libyennes font leur part pour protéger ce pays et sa sécurité et il n’est en aucun cas permis de le porter préjudice. Le nouveau conseil présidentiel assume collectivement les fonctions de commandant suprême des forces armées à ce stade”.

L’initiative stipulait que le parlement continuerait d’exercer sa mission et son rôle d’autorité législative élue jusqu’à l’élection d’un nouveau parlement et que la région dans laquelle le président du conseil présidentiel serait choisi ne choisirait pas le Premier ministre. Le président et les vice-présidents du Conseil présidentiel ne sont pas autorisés à se présenter aux élections présidentielles lors des premières élections présidentielles et les forces armées ont le droit de nommer le ministre de la Défense.

Le Président de la Chambre des représentants a exprimé l’espoir que les Nations Unies commenceraient à inviter les dirigeants sociaux et les élites politiques choisies par les trois régions à choisir et nommer leurs représentants au Conseil présidentiel, et à retirer les partis qui ne veulent pas parvenir à une solution juste de la crise libyenne.
Plus tôt, le président du Parlement libyen, Aqila Saleh, a adressé une lettre au secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres et aux ambassadeurs des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies concernant l’ingérence turque dans les villes libyennes, selon l’agence de presse officielle saoudienne SPA.

par: Arab Observer

 

 



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page