fbpx

Arab Observer révéle par noms révèle par noms le réseau de médias géré par la Fraternité et les services de renseignement d’Al-Béchir

Dans l’ombre, plusieurs centres de médias appartenant au groupe terroriste des la Fraternité s’emploient à tisser des conspirations et à diffuser des messages empoisonnés contre le gouvernement de transition soudanais afin de déjouer l’opinion publique dans le pays et les inciter.

Selon les experts, les centres accusés par les milieux soudanais d’être embusqués pour le gouvernement révolutionnaire actuel, que les milieux locaux appellent les « Jedad électroniques », comprennent le Centre soudanais des services de presse (ASMC), le Centre Rowan et soudanais Net , qui appartiennent aux services de renseignement du régime déchu d’Omar el-Béchir.

Il comprend également le Khartoum Electronic Media Center, Centre national de production médiatique et Al-Hakim des services de presse, qui sont tous affiliés au National Congress Party, le bras politique de la confrérie terroriste.

Selon des sources bien informées ayant parlé à Arab Observer, le mouvement politique islamique a créé un nouveau centre opérant secrètement dans un bâtiment de la banlieue de Riyadh, à l’est de Khartoum, et poussé d’éminents cadres à y travailler, y compris le Fraternité, ancien sous-secrétaire du ministère soudanais de l’Information Abdul Majid Haroun, et le jeune dirigeant du “Congrès national” de Al-Béchir Fadlallah Rabeh, où ils se sont vu confier des tâches sensibles dans le plan de la contre-révolution.

Le centre de Rawan, dirigé par le service de renseignement d’Al-Béchir, est accusé de produire plusieurs documentaires anti-soudanais et de les diffuser à la télévision nationale pendant le contrôle de la Fraternité. L’un de ses produits est Dark Bat, qui contient un contenu choquant pour les jeunes du mouvement révolutionnaire et le sit-in devant le siège de l’armée à Khartoum.

Le Centre fait actuellement face à des accusations criminelles, notamment le réalisateur de l’article de télévision de la Confrérie Mohamed Frans Ahmed Issawi, en raison du film “Dark Bats”.

Ces centres ont été etablis il y a des années par l’ancien régime, ces centres étaient chargés de défendre l’autorité terroriste des Frères musulmans, de diffuser leurs idées et de répandre des rumeurs sur internet et les médias appartenant à l’État afin d’orienter l’opinion publique en faveur de son programme destructeur.

Cependant, après la fin du règne du mouvement politique islamique en isolant Omar Al-Béchir lors d’un soulèvement populaire le 11 avril, ces centres sont devenus, selon les observateurs, la tâche de diriger la contre-révolution cherchant à faire avorter le mouvement populaire et à revenir au pouvoir.

Selon les experts, ces centres médiatiques ont pour objectif de compléter les autres trompettes des Frères musulmans, tels que certains journaux, chaînes satellite et stations de radio toujours gérées et contrôlées par l’ancien régime, où ils ont intensifié leurs activités ces jours-ci après avoir vu le gouvernement de la révolution continuer à réformer et à éradiquer le terrorisme de institutions de l’État.

Les opinions des experts sur l’impact des trompettes médiatiques des Frères musulmans varient: certains les considèrent comme une menace réelle qui pourrait saper le gouvernement de transition, tandis que d’autres sous-estiment leur impact en raison de la prise de conscience croissante de la rue soudanaise sur les faits et de sa haine de l’ancien régime terroriste.

Un porte-parole de l’Association des professionnels soudanais, Salah Shuaib, l’un de ceux qui s’inquiètent de l’activité des Frères musulmans, appelle à la nécessité au silence de ces trompettes pour assurer la période de transit.

Dans une déclaration à Arab Observer, Shuaib a reproché au gouvernement de transition de n’avoir pas accéléré les démarches visant à liquider l’état profond de la fraternité, ce qui a motivé ces interfaces médiatiques à intensifier leur contre-activité.

“Il y a un lent processus de
l’éradication des Frères musulmans, où Leurs éléments contrôlent toujours les institutions publiques et le secteur privé et devraient accélérer les procédures d’expulsion”a-t-il déclaré.

Pour sa part, le journaliste soudanais Abdel Wahed Ibrahim, estime que la Fraternité voulait répéter le scénario qu’elle avait tenté de prendre au pouvoir à une époque antérieure, alors qu’elle s’efforçait de saboter la troisième démocratie des années 80 du siècle dernier, par le biais de pratiques médiatiques contraires à l’éthique et sans rapport avec la profession, mais qui échoueront cette fois.

Ibrahim a déclaré à Arab Observer que les centres des Frères musulmans actifs dans la lutte contre la révolution étaient uniquement des agences de sécurité et de renseignement responsables de la démolition de toute activité de l’opposition et des exigences du changement et de la transformation démocratique, tout en cherchant à secouer le gouvernement de transition et à confondre son travail.

“A mon avis, ce sont des tentatives désespérées des Frères Musulmans et seront vouées à l’échec à saper la légitimité de la révolution, qui est soutenue par la sensibilisation du public” a-t-il ajouté.

Ibrahim a souligné que la Fraternité terroriste a épuisé tous les plans et astuces, comme elle a essayé pendant son règne du Soudan pendant 30 ans par le commerce de la religion une fois avec des slogans nationaux, et parfois dans l’establishment militaire, tous leurs slogans se sont perdus et ne leur seront pas bénéfiques pour entrer dans le monde de l’avenir politique au Soudan.

 

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer