Des dizaines de Turcs demandent l’asile politique en Grèce

Un groupe de 26 citoyens turcs est arrivé illégalement sur l’île grecque de Chios pour y demander l’asile politique, à un moment où les relations gréco-turques sont particulièrement tendues en raison des différends concernant leurs eaux territoriales respectives en Méditerranée orientale.

Ces 26 personnes, dont plusieurs mineurs, ont affirmé à leur arrivée à Chios être « persécutées par le régime du président turc Recep Tayyip Erdogan ».

Deux d’entre eux ont utilisé une perceuse pour percer le bateau et le faire couler afin d’être secourus, ce qui a entraîné leur arrestation peu de temps après. Ces deux personnes ont été transférées au centre de détention de l’Autorité portuaire de l’île tandis que les 24 autres ont été emmenées dans un centre voisin où elles resteront en quarantaine pour éviter une éventuelle infection par le coronavirus. En outre, ils ont tous été condamnés à une amende de 5 000 euros et signalés pour entrée illégale dans le pays.

À son point le plus proche de la Turquie, Chios se trouve à seulement sept kilomètres de la côte du pays voisin. Pour franchir cette distance sans être découverts, les 26 demandeurs d’asile ont utilisé de petits bateaux de pêche, sur lesquels ils ont hissé des drapeaux grecs.

Grâce à cela, ils ont réussi à atteindre le village de pêcheurs d’Agia Ermioni, où ils ont été localisés par des bateaux de l’autorité portuaire de Chios.

Bien qu’au cours du dernier semestre, les arrivées de migrants et de réfugiés aient été considérablement réduites, au début du mois, un autre groupe de 23 Turcs est arrivé, demandant également l’asile sur l’île de Chios.

La tension entre la Grèce et la Turquie s’est accrue ces derniers mois, d’abord avec l’ouverture des frontières turques qui a conduit des milliers de migrants à tenter de passer illégalement en Grèce à la fin du mois de février, puis cet été avec la décision de la Turquie d’explorer à la recherche de pétrole dans une zone que la Grèce considère comme sa juridiction.

Ce vendredi, les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne ont décidé d’élargir la liste des personnes (privées et non fonctionnaires) sanctionnées pour leur implication dans la prospection illégale turque en Méditerranée orientale, une mesure qui pourrait être approuvée en septembre et qui a soulevé des cloques en Turquie.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer