Bahreïn condamne les allégations diffusées par la chaîne qatari Al-Jazeera

Bahreïn a condamné les allégations publiées par la chaîne qatari Al-Jazeera au sujet du poste de la police du gouvernorat de Muharraq et ce qu’il a rapporté au sujet d’activistes de la torture dans une affaire qui a émergé après la visite du ministre britannique de l’Intérieur Priti Patel au poste de la police au début du mois.

Le ministère bahreïni de l’Intérieur a déclaré mercredi que les allégations de la chaîne satellite qatari Al-Jazeera concernant la visite de la ministre britannique de l’Intérieur Priti Patel étaient sans fondement et s’est dit surpris de la récente campagne médiatique trompeuse, comme elle l’a dit.

Le ministère a ajouté dans un communiqué que la campagne vise à saper les droits de l’homme du Royaume de Bahreïn et ses succès et à saper les relations distinguées avec le Royaume-Uni, et s’interroge sur les vraies raisons derrière cela.

Le ministère de l’Intérieur de Bahreïn a cité le cheikh Khalifa ben Ali Al Khalifa, gouverneur du gouvernorat du sud de Bahreïn, exprimant sa condamnation et son rejet des fausses allégations diffusées par la chaîne qatari Al-Jazeera concernant la direction de la police du gouvernorat de Muharraq, qui est un héritage arabe et islamiste de longue date et son peuple est un symbole de patriotisme … et que ces mensonges sont une extension de l’approche d’incitation à laquelle ce canal est habitué, et ne peuvent pas nuire à notre système de sécurité qui est bien connu régionalement et internationalement et que tous les citoyens et résidents expriment leur appréciation pour les services de haute sécurité qu’il fournit.

Il a poursuivi en disant: “Le Royaume de Bahreïn est un exemple de coexistence, de communication et de bon voisinage, et c’est l’une des règles établies par Sa Majesté le Roi, et suit l’approche de Son Altesse Royale, le Prince héritier et Premier Ministre.”

Al-Jazeera avait envoyé un rapport contenant une demande de représentants de la Chambre des représentants britannique au Premier ministre Boris Johnson de mener une enquête urgente sur la visite de Patil dans un poste de police de Bahreïn, dont on torturait des opposants politiques et des militants des droits humains.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page