Erdogan le plus grand perdant au sommet de Berlin…

Mercenaires et interventions turques au microscope

Alors que le sommet de Berlin sur la crise libyenne a pris fin et que les dirigeants des principaux pays impliqués dans le conflit en Libye ont confirmé leur engagement à respecter l’embargo sur les armes et à ne pas s’ingérer dans ses affaires intérieures, le président du régime turc Recep Tayyip Erdogan a subi une “terrible défaite” sur ses projets en Libye.

À l’issue de la Conférence de Berlin, la Turquie a été confrontée à la communauté internationale, les résultats menant à une fin tout à fait opposée à ce qu’Ankara souhaitait.

Lors de la conférence internationale sur la Libye, la Turquie a été vivement critiquée après avoir cherché à blanchir son terrain dans le conflit qui déchire le territoire libyen, et le président Emmanuel Macron a explicitement appelé Ankara à cesser d’envoyer des “mercenaires” en Libye.

C’est une étape que les Turcs ont anticipé le rassemblement international et mobilisé des milliers de mercenaires sur le territoire libyen, pour s’engager dans des batailles et changer l’équilibre des pouvoirs, comme si l’intention turque était en place, de sorte que le résultat de la conférence ne répond pas aux attentes.

La Turquie cherche à faire de la Libye un État défaillant, facilitant ainsi les incursions et les incursions dans tous ses domaines, d’autant plus qu’elle est une précieuse mine de ressources naturelles et une importante porte d’entrée économique vers l’Afrique.

Avec une grande partie de la bataille, Ankara assure qu’il a un mot de séparation dans n’importe quel résultat, quelles que soient les implications.

Plus tôt, l’Observatoire syrien des droits de l’homme a révélé que le nombre de recrues syriennes arrivant dans la capitale libyenne Tripoli est passé à environ 2 400, notant que le recrutement se poursuit dans les zones sous contrôle turc dans le nord de la Syrie, ce qui porte le nombre à environ 6 000 volontaires syriens en Libye.

De son côté, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’est dit préoccupé par la présence de troupes étrangères en Libye lors d’une rencontre avec son homologue turc, Mevlut Cavusoglu, l’un des pays qui déploient des troupes dans ce pays d’Afrique du Nord.

« Le secrétaire d’État s’est dit préoccupé par l’implication militaire étrangère dans le conflit », a déclaré Morgan Ortagus, porte-parole du département d’État, après que M. Pompeo a rencontré M. Cavusoglu au sommet de  Berlin en marge de la conférence de Berlin.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a également déclaré à Sky News qu’il était temps pour les “agents extérieurs” cessent d’intervenir dans la guerre en Libye.

« Les conflits de procuration ne cessent que lorsque des agents extérieurs décident qu’ils veulent y mettre fin », a-t-il déclaré, ajoutant que « nous voulons une paix parrainée par l’ONU en Libye et que cette compétition devrait cesser. Le peuple libyen a assez souffert.”

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que les puissances étrangères se sont engagées à ne plus « intervenir » dans le conflit en Libye.

“Tous les participants se sont engagés à ne plus s’immiscer dans le conflit armé ou dans les affaires intérieures de la Libye”, a déclaré M. Guterres, notant que la Turquie soutenait militairement le gouvernement Sarraj à Tripoli.

La Turquie agit comme un courtier en crise, partout où les troubles éclatent, la star turque émerge, sous les slogans lumineux du public, et pour nous ce qui s’est passé et se passe en Syrie, on a tiré beaucoup de leçons.

L’acteur turc se déplace avec ses mesures similaires et des scénarios sur la carte de crise, en transformant ces zones en jardins arrière, faire un énorme profit à un coût sanglant lourd pour le peuple, et de justifier son comportement sous l’égide du pragmatisme.

Show More
Close