L’Etat islamique tirent trois raquettes près du palais présidentiel à Kaboul

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué mardi le tir de trois roquettes qui ont atterri près du palais présidentiel à Kaboul, où de nombreux responsables étaient réunis autour du président Ashraf Ghani à l’occasion de l’Aïd el Adha, la fête musulmane du Sacrifice.

Selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur Mirwais Stanikzai, les roquettes, tirées depuis un pick-up, ont atterri dans trois zones situées dans un rayon d’environ un kilomètre autour du palais présidentiel, déjà visé à plusieurs reprises dans le passé, la dernière fois en décembre.

Seules deux des trois roquettes ont explosé, sans faire de victime, a-t-il ajouté.

Des journalistes ont entendu le bruit, suivi d’explosions, d’au moins deux roquettes survolant la “zone verte” ultrafortifiée qui abrite également plusieurs ambassades, dont la mission de l’ONU.

Dans une vidéo filmée par la télévision nationale, on entend le sifflement suivi de l’explosion d’au moins deux roquettes pendant que M. Ghani et plusieurs hauts responsables prient dans le jardin du palais, à l’occasion de l’Aïd al Adha.

En fin de journée, l’EI, qui a déjà revendiqué plusieurs attaques à la roquette contre la capitale, ainsi que des attentats sanglants, a affirmé dans un communiqué que ses “soldats” avaient “visé le palais présidentiel du tyran afghan et la +zone verte+ à Kaboul avec sept roquettes Katioucha”.

Le gouvernement afghan attribue régulièrement aux talibans des attaques revendiquées par l’Etat islamique, soutenant que l’organisation terroriste a été largement anéantie en 2019 dans la province de Nangarhar (Est), son bastion de l’époque.

“Les talibans ont montré qu’ils n’avaient ni la volonté ni l’intention de faire la paix”, malgré leurs affirmations, a accusé mardi le président Ghani dans son discours de l’Aïd el Adha, dans lequel il n’a fait aucune référence à l’attaque.

“Jusqu’à maintenant, les talibans n’ont pas montré” le moindre intérêt “pour des pourparlers significatifs et sérieux”, a-t-il ajouté, à l’issue d’un nouveau weekend stérile de discussions entre gouvernement et insurgés à Doha.

Les deux délégations se sont séparées dimanche en indiquant simplement s’être accordées sur le besoin de trouver une “solution juste” et de se rencontrer à nouveau “la semaine prochaine”.

Les talibans n’ont pas annoncé de cessez-le-feu à l’occasion de l’Aïd al Adha, comme ils l’avaient précédemment fait ces dernières années lors de fêtes musulmanes.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page