Les défis du nouveau gouvernement libyen

Au milieu des craintes réelles concernant certains des dossiers soulevés devant la nouvelle autorité exécutive en Libye, le nouveau Premier ministre libyen, Abdul Hamid Dbeibah, poursuit ses efforts pour former un gouvernement libyen afin de mettre en œuvre les avantages qui lui sont demandés pour parvenir à la stabilité dans le pays.

Les dossiers les plus sensibles en Libye, sont l’ouverture de la route côtière et la sortie des mercenaires, qui figurent parmi les points stipulés dans l’accord de cessez-le-feu signé entre les parties au conflit en octobre de l’année dernière.

Samedi soir, Dbeibah a confirmé dans un tweet sur son compte Twitter, qu’il travaillait dur pour former un gouvernement d’unité nationale, déclarant: «Nous avons en fait entamé le processus d’évaluation de toutes les candidatures et curriculum vitae que nous avons reçus. Nos choix vont être conforme aux normes de compétence, en tenant compte de la diversité et d’une large participation. » Il a ajouté: “Nous ne décevrons pas les espoirs placés sur nous. Le peuple libyen mérite toujours le meilleur.”

Cela correspond à la poursuite incessante de la formation d’un gouvernement, avec crainte de certains des dossiers qui lui sont présentés. Dans un reportage sur la situation libyenne, le magazine The Economist a estimé que l’ouverture de la route côtière est l’une des tâches du nouveau gouvernement libyen, bien que la tenue d’élections présidentielles et parlementaires en décembre soit sa fonction première.

The Economist a également souligné que les autorités exécutives (le gouvernement dirigé par Abdel Hamid Dbeibah, et le Conseil présidentiel dirigé par Mohamed Menfi), qui ont été choisis par le biais du Forum pour le dialogue politique la semaine dernière, sous les auspices des Nations Unies , font face à de vieux problèmes, dont le plus important est l’ingérence de puissances étrangères dans le pays et la question des mercenaires.

Alors que la question de la route côtière commençait à montrer des signes de dissolution avec le début des pourparlers pour la rouvrir en décembre 2020, et la formation d’équipes d’ingénierie en coopération avec les Nations Unies et les services de renseignement pour la nettoyer des mines, mais le dossier de la sortie des forces étrangères et des mercenaires semble plus que compliqué, notamment avec les déclarations turques, qui ont confirmé que les forces turques sont actuellement restées, tandis que l’Observatoire syrien des droits de l’homme a signalé qu’un nouveau lot de mercenaires syriens arriverait bientôt en Terres libyennes.

Cependant, Dbeibah cherche apparemment, avant de se plonger dans la boue de ces deux dossiers, à unifier les rangs au sein d’un gouvernement inclusif, ce qui lui permettra peut-être par la suite d’affronter des dossiers complexes tels que ces deux dossiers.

Mais si la tâche échoue, il ne fait aucun doute que la retarder sera sa meilleure option, en prévision des élections de décembre prochain, qui produiront alors une autorité élue légitime, qui a le devoir de résoudre des questions  feu.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page