Hamdok annonce la date du retrait du Soudan de la liste noire

Le Premier ministre soudanais Abdullah Hamdok a annoncé que le retrait du nom du Soudan de la liste américaine des États parrainant le terrorisme aura lieu en décembre prochain, considérant que “toutes les preuves l’indiquent”, selon l’agence de presse officielle (SUNA).

L’ambassadeur du Soudan aux États-Unis, Noureddine Sati, avait annoncé que le retrait de son pays de la liste noire américaine des Etats soutenant le terrorisme aura lieu le 11 décembre prochain.

Il a expliqué que Khartoum va œuvrer à obtenir son immunité souveraine à la suite de la décision de son retrait de la liste noire.

Hamdok a déclaré que “le Soudan devra développer son système bancaire et sa fonction publique pour suivre le rythme du retour dans le monde après avoir retiré son nom de la liste”.

Les banques soudanaises avaient commencé leurs préparatifs de retour à le marché bancaire mondial après une interruption de plus de deux décennies après que l’administration américaine eut décidé de retirer le Soudan de la liste des pays parrainant le terrorisme.

Le 23 octobre dernier, le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok a remercié le président américain sortant, Donald Trump pour avoir retiré le Soudan de la liste des Etats qui soutiennent le terrorisme et a déclaré que le gouvernement soudanais travaille désormais à des relations internationales qui servent au mieux son peuple.

Pour sa part, le ministère soudanais des Affaires étrangères avait annoncé, le 4 mai dernier, qu’il avait reçu l’approbation du gouvernement américain pour nommer Noureddine Sati ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Soudan aux États-Unis d’Amérique.

De son côté, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo avait déclaré, en décembre dernier, que les Etats-Unis vont nommer un ambassadeur au Soudan pour la première fois depuis 23 ans.

Il a rappelé que l’accord signé au département d’État américain, empêche toutes les poursuites et toute future demande d’indemnisation déposée contre le Soudan devant les tribunaux américains, y compris celles liées aux attentats à la bombe de 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie.

L’établissement de relations étrangères équilibrées au Soudan est l’un des dossiers les plus importants sur la table du Premier ministre Abdallah Hamdok, qui dirige le premier gouvernement depuis le changement de régime en avril 2019, lorsque le commandement de l’armée a évincé Omar al-Bachir de la présidence, sous la pression des mouvements de protestation populaire.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page