Erdogan attise le conflit armé au Haut-Karabakh

Au milieu des appels internationaux et de la médiation pour un cessez-le-feu et du conflit en cours depuis septembre dernier entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie dans la région du Haut-Karabakh, les affrontements militaires se sont poursuivis dans la région, considérée comme la plus féroce depuis les années 1990.

Les interventions du régime turc ont contribué à alimenter les situations à Bakou, après qu’Ankara a plus d’une fois confirmé sa volonté de fournir un soutien militaire, après avoir transféré des milliers de mercenaires syriens dans la région où résident la majorité des arméniens d’origine.

Dans les nouvelles positions turques, le président du régime turc, Recep Tayyip Erdogan, a félicité dimanche l’Azerbaïdjan pour le contrôle de ses forces sur la ville stratégique de Chouchi dans la région du Karabakh.

Erdogan a déclarélors d’une conférence du parti au pouvoir pour la justice et le développement: “Je félicite les frères azerbaïdjanais pour la victoire qu’ils ont remportée dans la ville de Chouchi … la joie de nos frères azerbaïdjanais est la nôtre”.

Il a également estimé que la libération de Chouchi est une indication de la libération imminente du reste des régions azerbaïdjanaises occupées, noter l’échec du groupe de Minsk à résoudre la crise, faisant référence au processus de négociation sur le Haut-Karabakh dirigé par un groupe de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, dirigé par la Russie, les États-Unis et la France.

Erevan et Bakou s’accusent de viser les populations civiles et d’utiliser des armes dites non conventionnelles comme les bombes à sous-munitions. Et ce, malgré la promesse « de ne plus viser délibérément des populations civiles ou des objectifs non-militaires » répétée par les ministres des affaires étrangères arménien et azerbaïdjanais, lors de leur dernière rencontre le 30 octobre à Genève.

Selon des bilans partiels, ces affrontements, les pires depuis une guerre au début des années 1990, ont fait plus de 1.250 morts, mais le nombre de victimes pourrait être beaucoup plus élevé.

Le Nagorny Karabakh a fait sécession de l’Azerbaïdjan dans les années 1990 à l’issue d’une guerre ayant fait 30.000 morts et des centaines de milliers de déplacés.

par: Arab Observer

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page