<link rel="stylesheet" id="jazeera-css" href="//www.fontstatic.com/f=jazeera" type="text/css" media="all">

Jelassi accuse Ghannouchi d’avoir fait des “grimpeurs”

La démission du haut dirigeant d’Ennahda Abdelhamid Jelassi, un des principaux soutiens du président du mouvement, Rachid Ghannouchi, aura des implications pour l’avenir de la direction, selon les observateurs.

Plusieurs dirigeants affiliés au “Tayar soukour” ont exprimé leur mécontentement face à la gestion du mouvement et à la prise de décision, après que la transgression par Ghannouchi des décisions et des directives du Conseil de la choura à plusieurs reprises.

La démission de Jelassi a creusé les divergences internes entourant le mouvement avant sa 11e conférence en mai, tandis que les observateurs s’interrogent sur la capacité du mouvement à organiser la conférence à sa propre date, ce qui pourrait aggraver la crise du leadership préoccupée par les manœuvres politiques.

“Il y a un fossé entre Ennahda et sa base électorale et entre la base militante et la direction du parti, le système du parti dans son ensemble est malade et est devenu un fardeau pour la Tunisie”, a déclaré Jelassi aux médias locaux jeudi.

“Il n’y a pas de président de parti dans le monde qui a gouverné pendant 50 ans”, at-il dit. “Rester à la tête du parti de 1969 jusqu’à présent fait autour de Ghannouchi des grimpeurs et fidèle à lui, je ne serai pas un témoin de la pièce”, a t-il dit.

“Ennahda répète l’erreur et Beji Caid Essebsi par des tentatives de conserver Ghannouchi, la onzième conférence est la conférence de transition, et si Ghannouchi a l’intention de passer le pouvoir de commencer à le déléguer progressivement, mais il n’a pas l’intention de partir et cherchera des mécanismes juridiques pour renouveler son mandat”, a-t-il dit.

Le président d’Ennahda et président du parlement tunisien Rachid Ghannouchi a deux options : soit se retirer de la présidence du mouvement, soit aller de l’avant et ignorer les voix appelant au changement.

Le retrait volontaire de Ghannouchi de la présidence du mouvement n’est pas le scénario le plus probable, car le président aux pouvoirs étendus est engagé dans la formulation d’un “nouveau consensus politique” qui se cache derrière lui et espère reproduire le modèle de compatibilité avec le mouvement Nidaa Tounès, dirigé par l’ancien président de la République Beji Kaid Essebsi.

Nidaa Tounès a fourni une couverture importante pour le mouvement dela Fraternité afin de le promouvoir et de le présenter d’une manière qui a changé son image à l’étranger, ce que Ghannouchi a réussi dans une certaine mesure, mais la situation est différente maintenant que se rapprocher du Mouvement du Qaleb de Tunisie dirigé par Nabil Karoui ne conduira pas nécessairement aux mêmes résultats au pays et à l’étranger. Des sources proches de Ghannouchi affirment que ce dernier n’est pas contre le fait de laisser le flambeau aux jeunes, mais craint que le mouvement ne soit laissé dans une situation qui pourrait accélérer sa désintégration, comme cela s’est produit avec Nidaa Tounes après avoir remporté les élections législatives de 2014.

Ignorer les voix appelant au changement représente le scénario le plus proche que Ghannouchi adoptera, à moins qu’il n’y ait une urgence impérieuse, parce que l’implication dans les manœuvres politiques et la fortification de la position du mouvement au pouvoir n’a pas laissé le temps d’organiser la onzième conférence qui se tiendra en mai prochain à la date prévue et donc la possibilité de Son report est devenu certain en raison du temps limité des arrangements.

Les observateurs n’excluent pas que la date de la conférence soit retardée en attendant une formule qui contrôlera les différences internes et freinera une profonde division du mouvement.

Les démissions équilibrées qui ont frappé la movement Ennahdha, comme la demission du secrétaire général du mouvement Ziad al-Adhari, montrent des signes d’un changement dans le corps du mouvement qui pourrait conduire à la fragmentation et la division, que l’ampleur des risques augmente de jour en jour, ce qui préfigure que ce qui s’en vient peut être plus grave.

 

Tags
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Optimized with PageSpeed Ninja