<link rel="stylesheet" id="jazeera-css" href="//www.fontstatic.com/f=jazeera" type="text/css" media="all">

la fondation qatarie RAF finance des organisations terroristes en Syrie et au Soudan

Le Qatar fournit une aide financière et des armes à des groupes affiliés à Al-Qaïda en Syrie, tout en hébergeant des dirigeants des Frères musulmans.
Les inquiétudes concernant le rôle présumé du Qatar dans la promotion de l’extrémisme et du terrorisme ont augmenté en Europe ces dernières années . Si beaucoup de choses ont émergé sur le financement substantiel pour la construction de nouvelles mosquées et beaucoup sur les dons aux universités et groupes de réflexion occidentaux, on sait très peu qui et comment il finance les groupes terroristes.
Des sources ont démontré la collaboration entre la fondation qatarie RAF et le Croissant-Rouge turc pour soutenir les extrémistes et les terroristes en Syrie, avec de l’argent et des armes distribués comme aide humanitaire.

L’organisation gouvernementale de la Fondation de secours humanitaire d’Ankara (IHH) et la fondation du Qatar ont ouvert un grand centre dédié au logement et à l’éducation des orphelins des parents de Daesh dans la ville frontalière du sud-est de Reyhanli en Syrie. La ville est située sur la route principale entre İskenderun et Alep à 5 km du passage de Bab al-Hawa en Syrie à Cilvegözü, le passage frontalier terrestre le plus fréquenté entre la Turquie et la Syrie, traversé par des milliers de combattants étrangers qui se sont enrôlés parmi les dossier de l’Etat islamique autoproclamé (EI) avec la complicité et le silence des autorités turques.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a arrêté des milliers de journalistes locaux et étrangers qui ont tenté de documenter ces faits. La fondation basée à Doha a également des rôles suspects au Soudan, où les dépenses ont atteint 37 millions de dollars, qui auraient été affectés au financement des combattants du Darfour appartenant à des groupes terroristes liés aux Frères musulmans. La première phase de la soi-disant «Initiative Save a Life (SALI)» a commencé en novembre 2015 avec l’installation de nombreuses cliniques mobiles au Soudan pour soigner les combattants blessés.

En 2013 et 2014, il a également encouragé le soutien aux initiatives de collecte de fonds pour les militants syriens dirigées par le facilitateur d’Al-Qaida sanctionné par l’ONU, Abdallah Mohammad bin Sulayman Al-Muhaysini. Fait intéressant, Al-Subaie avait précédemment travaillé à la Banque centrale du Qatar, selon les médias locaux. Au total, la fondation qatarie  RAF a financé le Front Al-Nusra – un groupe armé djihadiste salafiste actif depuis 2012 dans le contexte de la guerre civile syrienne en Syrie et au Liban – pour un montant de 130 millions de dollars. Tout cela suggère que l’aide humanitaire fournie par cette organisation n’est rien d’autre qu’une couverture pour le financement d’activités terroristes.

Confirmant cela, le facilitateur du Front al-Nusra Mohammed Jassim al-Sulaiti et Nabil al-Awadhy, partenaire de collecte de fonds de Shafi bin Sultan al-Ajmi, sur les listes de sanctions des États-Unis et de l’ONU, ont également été identifiés comme membres de la délégation de la fondation RAF dirigée par le directeur général lors de nombreux événements publics. Ainsi que Wagdy Ghoneim, Saad bin Saad al-Kabi et Abd al-Latif bin Abdullah al-Kawari. Ce dernier a également été présenté comme un éminent enseignant lors de nombreux événements de la fondation qatarie RAF au Qatar pour lever des fonds à l’appui des activités de la RAF en Syrie. Il est intéressant de noter que la fondation qatarie RAF détient des comptes bancaires auprès de la Qatar International Islamic Bank, la Qatar Islamic Bank, Masraf Al-Rayan et Al-Barwa Bank.
La Banque Masraf Al-Rayan et la Banque islamique du Qatar font toutes deux l’objet de poursuites judiciaires pour corruption. Rayan Bank fait également l’objet d’une enquête pour blanchiment d’argent et financement du terrorisme par le Royaume-Uni.

Le gouvernement qatari a agi en tant qu’intermédiaire à d’autres occasions pour négocier le paiement d’une rançon pour la libération des otages occidentaux du front de Nosra.
Entre 2012 et 2015, le Qatar a négocié des dizaines de millions de dollars en paiements de rançon au Front Nusra en échange de la libération de ressortissants européens, selon un document judiciaire américain.
Le photojournaliste américain Matthew Schrier, capturé par le Front Al-Nusra en 2012, accuse la Qatar Islamic Bank (QIB) de financer directement Qatar Charity qui a fourni des fonds à des groupes terroristes en Syrie.
Qatar Charity opérait dans le nord du Mali lorsqu’elle était contrôlée par des groupes islamistes. Il a également soulevé des soupçons sur son rôle au Soudan, qui est considéré comme renforçant les Frères musulmans et leurs groupes armés là-bas.
La Fondation RAF est soupçonnée de soutenir et de financer des groupes extrémistes et des conflits ethniques intertribaux du Darfour à Port-Soudan.

Tags
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Optimized with PageSpeed Ninja