La police malaisienne fait une descente dans le bureau d’Al Jazeera

La police malaisienne a fait une descente dans le bureau d’Al Jazeera à Kuala Lumpur et a saisi deux ordinateurs, ce raid de est intervenu après que les autorités malaisiennes ont annoncé qu’elles enquêtaient sur Al Jazeera pour sédition, diffamation et violation de la loi sur les communications et le multimédia du pays.

Le raid intervient près d’un mois après que la police malaisienne a interrogé sept des journalistes d’Al Jazeera à propos du documentaire, titré Enfermé dans le verrouillage de la Malaisie.

Les responsables malais ont critiqué la 101 Est rapport d’enquête comme étant inexact, trompeur et injuste. Saifuddin Abdulla, le ministre des Communications, a également déclaré qu’Al Jazeera n’avait pas demandé l’autorisation de tourner le film. Mais le réseau a fermement réfuté ces allégations, disant 101 Est est une émission hebdomadaire d’actualité qui n’entre pas dans la catégorie des films nécessitant une licence.

La police a obtenu des mandats d’arrêt pour fouiller les bureaux d’Al Jazeera ainsi que les radiodiffuseurs locaux Astro et Unifitv, a déclaré le chef de l’enquête criminelle Huzir Mohamed dans un communiqué. Les deux chaînes de télévision locales auraient diffusé la vidéo.

Huzir a déclaré que les raids ont été menés conjointement avec la Commission malaisienne des communications et du multimédia, qui enquête également sur les stations.

Il a déclaré que la police avait saisi des ordinateurs qui seront envoyés pour une analyse plus approfondie et a pris des déclarations de témoins au cours des raids. « Ucun individu ou entité ne sera épargné de toute action s’il a violé la loi », a-t-il déclaré.

Al Jazeera a déclaré que le raid était ” une attaque contre la liberté de la presse dans son ensemble ” et a exhorté les autorités malaisiennes à cesser l’enquête criminelle.

En mai, un autre journaliste et un activiste ont été interrogés sur leurs reportages sur les arrestations de centaines de travailleurs migrants pendant le verrouillage de la Malaisie.

Tashny Sukumaran, une correspondante travaillant pour le South China Morning Post basé à Hong Kong, a été interrogée après avoir rendu compte des rafles, tandis qu’un militant pour les réfugiés, Wan Noor Hayati Wan Alias, a également été appelé à propos d’un message Facebook sur le traitement des travailleurs migrants et réfugiés.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer