L’Alliance internationale et le Congrès mondial du Kurdistan demandent l’interdiction de la Turquie aux organisations internationales

L’Alliance internationale pour la défense des libertés (AIDl) et le Congrès mondial du Kurdistan (KNK) ont appelé à une interdiction diplomatique et politique du régime turc par les Nations Unies, l’OTAN, l’Union européenne et le Conseil européen, pour violation du droit international, des accords sur les droits de l’homme et poursuite d’une politique d’agression et d’occupation milites dans le but de déstabiliser le Moyen-Orient.

Ils ont appelé la communuté internationale à contraindre Ankara à stopper immédiatement l’agression militaire turque et le retrait inconditionnel de toutes les forces turques et des milices terroristes du nord et de l’est de la Syrie, de l’Irak et de la Libye.

Ils ont également exigé que la Ligue arabe et l’Organisation islamique du travail prennent des mesures concrètes avec les organismes internationaux contre le régime turc.

L’Alliance internationale et le Congrès mondial du Kurdistan ont souligné que le régime turc vise à permettre aux nouveaux Ottomans aux dépens des Arabes et des Kurdes, et ce comportement agressif est suivi depuis 2012, lorsque Ankara a occupé de nombreuses régions du nord et de l’est de la Syrie.

L’Alliance et la Conférence du Kurdistan ont indiqué que les Nations Unies et toute autre organisation internationale n’envisagent pas les actions d’Ankara comme une occupation, ce qui lui a permis d’élargir la portée de la politique offensive et agressive pour inclure l’Iraq , la Syrie et d’autres pays d’Afrique du Nord.

Ils ont ajouté que le régime turc vise à changer la démographie et installer un grand nombre d’Arabes, d’Ouïghours et de Turkmènes dans les régions kurdes, sachant que la plupart d’entre eux sont des mercenaires affiliés à l’État islamique ( ISIS), ce qui conduit à la possibilité d’un conflit entre Arabes et Kurdes.

L’Alliance internationale et la Conférence du Kurdistan ont prévenu que l’intervention et l’invasion turques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord encouragent les Frères musulmans à diviser les sociétés politiques avant l’occupation, alors qu ‘ elle s’efforce d’affaiblir et de déstabiliser la Libye et le sud du Yémen et d’autres pays.

L’Alliance et la Conférence du Kurdistan accusant le régime turc de pratiquer la politique de purification, y compris la politique d’expulsion forcée, l’imposant l’usage de la langue turque et de nommer les rues et les municipalités avec les anciens noms Ottomans.

Depuis début juin, des billets de banque turcs circulent dans les zones occupées du nord et de l’est de la Syrie, et des femmes sont prises comme esclaves et soumises à toutes les formes de torture et le viol par des mercenaires soutenus par Ankara. Le recrutement et le financement des mercenaires de l’État islamique ont également lieu, des groupes extrémistes contre les pays du Moyen-Orient.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer