L’armée birmane tue 90 personnes lors de la répression des manifestants

Alors que l’armée birmane organisait un important défilé militaire samedi dans la capitale à l’occasion de la “journée des forcées armées”, de nouvelles manifestations ont été durement réprimées faisant près de 90 morts, soit la journée la plus meurtrière depuis le début de la contestation.

Les militants pro-démocratie avaient appelé à une nouvelle série de manifestations, samedi, jour où l’armée organise tous les ans un gigantesque défilé militaire dans la capitale Naypyidaw, devant le chef de l’armée désormais chef de la junte au pouvoir, le général Min Aung Hlaing.

Une démonstration de force et un nouveau cap franchi dans la violence. À l’occasion de la “journée des forces armées”, l’armée birmane a fait défiler samedi 27 mars un impressionnant arsenal dans la capitale Naypyidaw tandis que de nouvelles manifestations pro-démocratie ont été brutalement réprimées dans plusieurs villes du pays, faisant près de 90 morts.

Aux premières heures du jour, des milliers de soldats, des chars, des missiles et des hélicoptères se sont succédé sur une immense esplanade où était réuni un parterre de généraux et leurs invités, parmi lesquels des délégations russe et chinoise. Le général Min Aung Hlaing a de nouveau défendu l’organisation du coup d’État en raison de la fraude électorale présumée lors des élections de novembre, remportées par le parti d’Aung San Suu Kyi, et a juré qu’un “transfert de responsabilité de l’État” se produirait après des élections.

“Le Tatmadaw [l’armée birmane] recherche l’engagement de toute la nation”, a-t-il déclaré dans un discours, ajoutant que les actes de “terrorisme qui peuvent nuire à la tranquillité et à la sécurité de l’État” sont inacceptables. “La démocratie que nous souhaitons serait une démocratie indisciplinée si la loi était violée et n’était pas respectée”.

Avant l’aube, les forces de sécurité avaient déjà réprimé les manifestants à Rangoun, la capitale économique du pays, tandis qu’un rassemblement d’étudiants à Lashio, dans l’État de Shan, dans le nord-est, a vu la police et les soldats ouvrir le feu sur la foule. “Les gens n’avaient pas commencé à manifester, aucun slogan n’avait été prononcé. L’armée et la police sont arrivées et leur ont tiré dessus à balles réelles sans lancer aucun avertissement”, a raconté à l’AFP Mai Kaung Saing, un journaliste local.

À la mi-journée, des violences avaient éclaté dans plusieurs endroits du pays. À Rangoun, des panaches de fumée se sont élevés au-dessus de la ville, qui est devenue un point chaud pour les troubles ces dernières semaines. Un rassemblement avant l’aube, où les manifestants portaient des casques de vélo et étaient protégés par des barricades de sacs de sable, a dégénéré lorsque les soldats ont commencé à tirer sur des manifestants.

“Cette soixante-seizième journée des forces armées restera gravée comme un jour de terreur et de déshonneur. Les meurtres de civils non armés, dont des enfants, sont des actes indéfendables”, a annoncé l’ambassade de l’UE à Rangoun sur Twitter et Facebook.

Le ministre des Affaires étrangères britannique Dominic Raab a estimé que la junte militaire birmane avait franchi un “nouveau palier” dans la répression des manifestations. “Le meurtre de civils non armés, y compris d’enfants, perpétré aujourd’hui constitue un nouveau palier”, a-t-il déclaré sur Twitter, appelant à “mettre fin à cette violence insensée”.

L’ambassade américaine en Birmanie a, elle aussi, condamné la junte militaire au pouvoir pour le meurtre de civils non armés. “Les forces armées tuent des civils non armés, y compris des enfants, les personnes qu’elle a justement juré de protéger”, affirme dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

L’ONU a quant a elle déploré plusieurs dizaines de morts. “Nous recevons des rapports faisant état de dizaines de morts, dont des enfants, de centaines de blessés, dans 40 localités, et d’arrestations massives. Cette violence aggrave l’illégitimité du coup d’État et la culpabilité de ses dirigeants”, a indiqué le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme dans un tweet.

par: Arab Observer 



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page