Mouvement Echaab a demandé à Mechichi un gouvernement sans Ennahdha

Le Secrétaire général du mouvement Echaab Zouhaïr Maghzaoui a soutenu qu’il sera désormais possible que le prochain gouvernement se fasse sans la participation du parti de Rached Ghannouchi, « Et c’est mieux pour la Tunisie », a-t-il conclu, ajoutant que bien qu’Ennahdha soit parvenue au pouvoir grâce à la démocratie, c’est une formation qui n’y croit pas et qui veut gouverner avec des prête-noms.

« Il n’est pas écrit dans le ciel que le mouvement Ennadha soit représenté dans tous les gouvernements. D’ailleurs la Constitution tunisienne permet au chef du gouvernement de former une équipe gouvernementale sans le parti islamiste ».

Le Secrétaire général du mouvement Echaab , Maghzaoui, avait été reçu avant hier à Dar Dhiafa, par le chef du gouvernement désigné, Hichem Mechichi. Et ce, dans le cadre des concertations avec les partis politiques représentés dans l’hémicycle à propos de la formation du prochain gouvernement.

Et de conclure: « Un gouvernement sans Ennahdha serait mieux pour la Tunisie. » Maghzaoui souligne à l’occasion que « le parti islamiste au pouvoir depuis neuf ans a échoué sur tous les plans. Il n’a réussi qu’à susciter la peur chez les citoyens. Toutes les tragédies que la Tunisie a connues relèvent de la responsabilité principale de ce parti. »

Le Parti Destourien Libre (PDL) a décliné l’invitation de Hichem Mechichi chargé de former le gouvernement, au sujet de sa participation aux concertations pour former la future équipe gouvernementale.

Dans une déclaration rendue publique lundi, le parti a rejeté en bloc toute concertation qui impliquerait des représentants de ” l’organisation des frères ” en allusion au mouvement Ennahdha.

Le PDL a toutefois indiqué qu’il va interagir positivement à toute composition gouvernementale comportant les différentes forces civiques et excluant l’organisation des frères. Le PDL a précisé encore qu’il sera ouvert à la formation d’un gouvernement de compétences indépendantes concrètement et effectivement des partis politiques.

En marge de la célébration du 5 août 1947, date de la grève générale décidée pour défendre le droit des ouvriers tunisiens à bénéficier d’un salaire minimum garanti, Noureddine Tabbooubi a déclaré que l’UGTT était pour un gouvernement réduit de compétences.

Il a, à cet effet, déclaré qu’il fallait se débarrasser des pratiques de favoritisme induisant à la création de postes fictifs au sommet de l’administration tunisienne.

Hichem Mechichi a entamé lundi une série de concertation avec les blocs parlementaires et les partis politiques selon leur représentativité parlementaire.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer