Critiques et colère contre le président Erdogan

Les Turcs et les partis d’opposition ont accusé le président Erdogan et le gouvernement de négligence et de ne pas avoir acheté d’avions de lutte contre les incendies, tout en canalisant des fonds pour des projets de construction qui, selon eux, sont nocifs pour l’environnement.

Les habitants qui ont perdu leurs maisons et leurs moyens de subsistance dans des incendies de forêt qui font rage sont de plus en plus en colère contre le gouvernement du président du régime turc Recep Tayyip Erdogan pour ce qu’ils disent être une mauvaise réponse à l’incendie qui a fait huit morts.

Le principal parti d’opposition, le CHP (Parti républicain du peuple, social-démocrate), a reproché au président turc Recep Tayyip Erdogan d’avoir démantelé l’infrastructure d’une organisation semi-publique qui détenait dans le passé des bombardiers d’eau et qui était en charge de la lutte contre les incendies.

“Je vais pleurer de rage”, a tweeté mardi M. Tokat qui avait demandé lors de ses nombreuses interventions télévisées qu’un avion bombardier soit dirigé vers Milas, en vain.

Critiqué pour avoir mis du temps à accepter l’aide internationale, le président turc a remercié mardi sur Twitter les pays qui ont proposé leur assistance.

Alors que les Turcs ont perdu leurs maisons et leur bétail, la colère s’est tournée vers le gouvernement, qui a admis qu’il ne disposait pas d’une flotte d’avions de lutte contre les incendies et que les avions existants étaient inutilisables.

Des milliers de résidents et de touristes ont été contraints de fuir leurs maisons et leurs lieux de villégiature dans des bateaux ou des convois de voitures et de camions. De nombreux villages le long de la côte turquoise de la Turquie ont perdu leurs maisons et leur bétail.

Le chef de l’Etat turc a aussi suscité la colère de nombreux Turcs sur les réseaux sociaux pour avoir jeté des sachets de thé à des habitants confus alors qu’il visitait la ville touchée de Marmaris avec une forte escorte policière le week-end dernier.

Les critiques disent que le gouvernement turc n’était pas préparé aux incendies de forêt à grande échelle qui sont attisés le long de la côte sud du pays par des températures élevées et des vents forts.

Face aux voix croissantes sur les réseaux sociaux reprochant au gouvernement une intervention insuffisante, le chef des communications de la présidence Fahrettin Altun s’est plaint des “fausses nouvelles” qui seraient partagées pour donner l’impression d’une Turquie “faible”.

La Turquie combat ses pires incendies de mémoire d’homme alors que les enfers qui ravagent le sud du pays sont entrés aujourd’hui dans leur sixième journée consécutive, sans fin de la crise en vue.

Neuf incendies brûlent toujours ont déclaré aujourd’hui des responsables forestiers, attisés par des vents violents et nourris de bois séché à devenir cassant par une canicule de 40 ° C. Telle est l’ampleur des dégâts qu’ils ne pouvaient pas deviner combien d’acres avaient été détruit. .

Les responsables forestiers ont décrit les incendies comme les pires en Turquie de mémoire d’homme ‘et n’ont même pas pu estimer l’étendue des destructions qu’ils ont causées.

Un haut responsable forestier a décrit les incendies comme les pires jamais enregistrés, affirmant qu’il est impossible de savoir combien de temps il faudra pour éteindre les flammes alors que les vents ont ravivé des zones qui étaient auparavant sous contrôle.

Le gouvernement Erdogan a également été accusé de compromettre les efforts de lutte contre les incendies en rejetant l’aide des pays occidentaux, y compris la Grèce rivale, au cours des premières étapes.

Le ministre de l’Agriculture et des Forêts, Bekir Pakdemirli, a rejeté cette accusation, affirmant que le gouvernement n’avait rejeté que les offres d’avions dont la capacité de décharge d’eau était inférieure à cinq tonnes.

par: Arab Observer 



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page