Le président irakien nomme Mustafa al-Kadhimi pour former le gouvernement

Le président irakien a nommé jeudi le chef du renseignement Mustafa al-Kadhimi comme candidat au poste de Premier ministre, la troisième personne à diriger le pays en dix semaines alors qu’il lutte pour remplacer un gouvernement tombé l’année dernière après des mois de manifestations meurtrières.
Mustafa al-Kadhimi a été nommé par le président Barham Salih, a rapporté la télévision nationale peu de temps après que le premier ministre précédent, Adnan al-Zurfi, avait annoncé son retrait faute de soutien pour passer un gouvernement.
Irak Épuisé par des décennies de sanctions, la guerre et la corruption politique sont désormais confrontées à la ruine économique, aux troubles sociaux et à une flambée croissante du nouveau coronavirus, qui n’a rien à voir avec le travail d’un concierge.

Adel Abdul Mahdi, qui a démissionné en novembre en raison de protestations contre le gouvernement, dirige toujours le gouvernement en tant que Premier ministre intérimaire. Le premier choix de Salih pour le remplacer, Mohammed Allawi, s’est retiré le 1er mars après quatre semaines infructueuses pour obtenir de l’aide.
Comme les choix précédents de Salih pour remplacer Abdul Mahdi, Mustafa al-Kadhimi est considéré comme une personne politiquement indépendante, qui aura besoin du soutien des puissants partis sectaires qui dominent la législature irakienne pour adopter un cabinet dans un mois.
L’ancien journaliste, qui a écrit au dictateur Saddam Hussein d’exil en Iran et en Grande-Bretagne, est revenu après l’invasion américaine en 2003. Il occupe son poste de chef du renseignement depuis 2016.

“Je travaillerai sans relâche pour présenter aux Irakiens un programme et un cabinet qui les aideront, protégeront leurs droits et mèneront l’Irak vers un avenir prospère”, a écrit Kadhimi sur Twitter.
Zurfi a été immédiatement licencié par des partis associés à l’Iran qui le considéraient comme une menace pour leur pouvoir politique et économique en Irak, ce qui en faisait un “ farceur américain ” en raison de ses liens avec les autorités soutenues par les États-Unis qui ont gouverné l’Irak après l’invasion de 2003.
Jeudi a marqué le 17e anniversaire du jour où les forces dirigées par les États-Unis ont occupé Bagdad, Zurfi avait indiqué qu’il contrôlerait le pouvoir des milices iraniennes ciblées en Irak. Les partis kurdes ont finalement décidé mercredi de ne pas soutenir Zurfi, qui a scellé son sort.

Zurfi a déclaré dans un communiqué qu’il s’était retiré, citant “des raisons internes et externes” à sa décision, sans donner plus de détails.
“ Ma décision de ne pas donner suite à ma nomination est de préserver l’Irak et ses plus grands intérêts ”, a-t-il déclaré.
Le système de partage du pouvoir sectaire irakien a empêché toute véritable réforme politique exigée par des milliers de manifestants qui sont descendus dans la rue en octobre.
Les manifestants accusent des partis de tous les horizons ethno-sectaires, principalement des chiites, des sunnites et des kurdes en Irak, de ne vouloir que maintenir leur position de pouvoir.
L’impasse met l’Irak en crise. COVID-19 a tué 69 personnes et infecté plus de 1 200, selon le ministère de la Santé et l’Organisation mondiale de la santé. La propagation rapide de la maladie peut rapidement submerger le système de santé irakien.
La chute des prix du pétrole en raison de la pandémie mondiale a dopé le budget irakien, qui est basé sur des prix du pétrole presque le double de leur valeur actuelle. L’Iraq ne peut pas réviser officiellement son budget sans un gouvernement en place.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page