Le Soudan contrôle ses terres frontalières avec l’Éthiopie

Le ministre soudanais de l’Information, Faisal Mohamed Saleh, a annoncé samedi que les forces de son pays avaient pris le contrôle de la plupart des terres qu’il accuse les Ethiopiens d’empiéter près de la frontière entre les deux pays.
Les tensions se sont intensifiées dans les zones frontalières depuis le déclenchement du conflit dans la région du Tigré, dans le nord de l’Éthiopie, début novembre, et l’arrivée de plus de 50 000 réfugiés dans l’est du Soudan.

Les différends portaient sur les terres agricoles à Fashaqa, qui se trouve à l’intérieur des frontières internationales du Soudan, mais qui a été réglé par les agriculteurs éthiopiens depuis longtemps.

Il y a eu des affrontements armés entre les forces soudanaises et éthiopiennes ces dernières semaines, et chaque partie a accusé l’autre d’incitation à la violence, les deux pays se sont entretenus cette semaine à Khartoum sur la question.

Le ministre de l’Information Faisal Mohamed Saleh a déclaré samedi à Reuters: Nous croyons au dialogue pour résoudre tout problème … mais notre armée fera son devoir de reprendre toutes nos terres, actuellement, notre armée a récupéré entre 60 et 70 pour cent des terres soudanaises.

Saleh a ajouté: “Les rapports des renseignements soudanais ont confirmé que l’organisation, l’entraînement et l’armement des forces qui l’ont attaqué n’étaient pas des milices mais des forces régulières.”

Avant les pourparlers de cette semaine, le ministre éthiopien des Affaires étrangères a déclaré que l’armée soudanaise avait lancé des attaques qui avaient commencé le 9 novembre.

Les périodes de préparation à la saison des récoltes au Soudan dans les zones frontalières avec l’Éthiopie connaissent, habituellement, des violations et des agressions de la part de bandes armées qui ne sont pas sous le contrôle des autorités d’Addis-Abeba, selon des rapports soudanais.

Les responsables soudanais affirment que la frontière a été délimitée dans les premières années du XXe siècle et que les négociations se sont limitées à des pourparlers sur la pose de bornes supplémentaires tous les deux kilomètres au lieu de tous les dix kilomètres.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page