Le Soudan et le Tchad ont soulignent la nécessité de renforcer leur coopération pour faire face au terrorisme

Le Soudan et le Tchad ont souligné la nécessité de renforcer leur coopération pour faire face aux défis communs du terrorisme et de l’extrémisme et pour mieux protéger leur frontière commune.

Les deux parties ont pris part dimanche à des pourparlers au palais présidentiel de Khartoum. La rencontre était présidée par le président du Conseil souverain soudanais Abdel Fattah Al-Burhan et par le président du Conseil militaire de transition du Tchad Mahamat Idriss Deby Itno, a indiqué le Conseil souverain dans un communiqué.

La réactivation de l’accord quadripartite sur la surveillance et la sécurisation des frontières communes, signé à N’Djamena, le 31 mai 2018, entre la Libye, le Niger, le Soudan et le Tchad, était au centre d’un entretien entre les présidents des transitions du Tchad et du Soudan, Mahamat Idriss Deby et Abdulfatah Al-Bourhan Abdourrahman.

“Nous possédons à la fois la capacité et la volonté politique de faire face aux défis et aux problèmes auxquels sont confrontés nos deux pays”, a déclaré Mahamat Idriss Deby Itno.

“Notre pays traverse une période de transition, et nous attendons du Soudan qu’il nous soutienne en tant que pays voisin et ami”, a-t-il ajouté.

Il a également rappelé la nécessité de réactiver les accords de coopération entre les deux pays, appelant notamment à faire avancer la création de forces conjointes.

M. Itno a en outre souligné l’importance de mieux intégrer leur coopération avec l’Union africaine dans les domaines de la protection des frontières et de la lutte contre le terrorisme et les menaces transfrontalières.

M. Al-Burhan a souligné la nécessité de coopérer et de travailler de manière concertée pour faire face aux défis posés par les groupes terroristes et extrémistes, selon le communiqué.

Il a appelé à réactiver l’accord de coopération sécuritaire signé par le Soudan, le Tchad, la Libye et le Niger en 2018 à N’djamena, la capitale tchadienne, en vue de sécuriser leurs frontières communes.

En mai 2018, la Libye, le Tchad, le Niger et le Soudan ont signé un accord quadripartite permettant de déployer des forces militaires afin de sécuriser leurs frontières communes et de lutter contre le crime transfrontalier et l’immigration clandestine.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page