Les travailleurs migrants au Qatar risquent d’infecter de coronavirus

Les travaux se poursuivent pour achever les bâtiments d’infrastructure en vue de la Coupe du monde de 2022 au Qatar et de nombreux travailleurs d’Asie du Sud sont en première ligne de la pandémie dévastatrice de coronavirus, qui a déjà tué plus de 103 000 personnes et touché plus de 1,7 million de personnes dans le monde.
Le Qatar a jusqu’à présent subi six décès et plus de 2 500 cas diagnostiqués dans un scénario comme celui qui prévaut actuellement, où plus de 2 millions de travailleurs étrangers sont présents sur le territoire qatari, un chiffre significatif étant donné que la population totale du pays n’est que de 2,6 millions d’habitants. La situation est aggravée par les camps surpeuplés où vivent les migrants et par les pressions exercées sur le développement à l’approche de la Coupe du monde ; des facteurs qui ont placé les travailleurs migrants (étrangers) au Qatar dans une situation de risque particulièrement élevé de contracter la COVID-19.

À un peu plus de deux ans de la Coupe du monde au Qatar, les travailleurs migrants ont travaillé sur des projets de stades et d’infrastructures d’une valeur estimée à 200 milliards de dollars ; et bien que les autorités qataries aient fermé tous les espaces publics, les travailleurs de la construction continuent à travailler sur divers projets malgré l’apparition de centaines de cas de COVID-19.
Ces derniers mois, le nombre de travailleurs migrants au Qatar a fortement augmenté en raison du développement des installations liées à la prochaine Coupe du monde en 2022. Beaucoup d’entre eux viennent d’Asie du Sud et presque tous souffrent de la propagation de COVID-19, ce qui ajoute à des conditions de subsistance difficiles car ils vivent dans des logements surpeuplés et très modestes et manquent de soins de santé de base et d’une alimentation adéquate.

Le 11 mars, 238 migrants vivant dans une zone résidentielle au sein d’une zone industrielle composée d’usines, d’entrepôts et de logements de travailleurs dans la banlieue de Doha, la capitale du Qatar, ont été testés positifs au coronavirus. Depuis lors, des dizaines d’autres cas ont été identifiés qui semblent être liés à l’épidémie initiale.
Mais il n’existe pas de données officielles sur ce fléau car le gouvernement ne fournit pas de chiffres sur le nombre de travailleurs étrangers parmi les personnes infectées. Certains migrants ont même peur de se manifester pour signaler leurs symptômes. « De nombreux migrants craignent d’être expulsés s’ils obtiennent un résultat positif au test COVID-19, et il est donc à craindre qu’ils ne signalent pas les symptômes ou ne se fassent pas dépister, se sentant ainsi contraints de travailler avec le virus et mettant en danger leur propre santé et celle des autres », a déclaré Elizabeth Frantz, directrice de division de l’Initiative pour les migrations internationales de la Fondation Open Society, dans des déclarations rapportées par Foreign Policy. « Il doit y avoir des garanties que les travailleurs migrants qui se présentent et signalent des symptômes ou sont testés positifs ne seront pas expulsés. Ils doivent être assurés qu’ils ne perdront pas leur emploi s’ils sont malades », a-t-il déclaré.

Bien que les autorités de ce pays du Moyen-Orient nient à plusieurs reprises ces versions et veillent à envoyer tout le matériel nécessaire aux travailleurs destinés à ces zones industrielles et de travail pour garantir leur sécurité et leur santé face à l’actuelle pandémie mondiale.
D’autre part, selon la publication Al-Ain, les travaux pour la Coupe du monde 2022 ont été momentanément paralysés après avoir enregistré plusieurs cas positifs pour le coronavirus parmi les ouvriers du bâtiment employés dans les stades. Une grande partie de la zone industrielle de Doha a dû être bouclée et des centaines de travailleurs ont depuis été confinés dans les enceintes industrielles, dans une sorte de campement surpeuplé. Beaucoup d’entre eux ont été contraints de signer un permis non payé, de sorte que l’État ne couvre que leur logement et leur nourriture.
Leurs conditions de vie sont en partie insalubres ; beaucoup d’entre eux vivent dans une pièce sur dix ; ils n’ont pas l’électricité et, plus grave encore, n’ont pas accès à l’eau courante.

Cette surpopulation conduit à la propagation du COVID-19 dans un scénario de manque de soins de santé pour les personnes infectées, ce qui est dénoncé par des institutions internationales telles qu’Amnesty International.
Le Qatar a une longue histoire d’abus et d’exploitation des travailleurs migrants, qui a été largement condamnée au niveau international ces dernières années, tandis que les gouvernements d’Asie du Sud sont incapables d’exercer une pression suffisante pour obtenir une bonne protection de la main-d’œuvre qui y est détachée. Ces nations asiatiques peuvent rester silencieuses sur les avantages économiques que représentent pour les caisses de l’État les envois de fonds des travailleurs à l’étranger. Cette situation ne concerne pas seulement le Qatar ; quelque 35 millions de migrants sont employés dans les six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), en Jordanie et au Liban, et des cas d’exploitation ont été documentés par diverses sources et moyens.

Les témoignages de personnes touchées par les dures conditions de travail au Qatar ont déjà été diffusés sur les réseaux sociaux et attirent l’attention du monde entier. Depuis le début des travaux sur les installations de la Coupe du monde il y a six ans, 34 migrants ont perdu la vie. Sur ces 34 décès, 31 ont été classés comme “non liés au travail”, un terme largement utilisé pour décrire les morts subites dues à une insuffisance cardiaque ou respiratoire inexpliquée.
Des centaines d’autres meurent chaque année alors qu’ils travaillent sur d’autres projets de construction. Comme pour les décès liés à la Coupe du monde, le gouvernement du Qatar attribue la plupart de ces décès à des causes cardiovasculaires ou à des cas de mort naturelle. Malgré le fait que des personnes jeunes et en bonne santé figurent parmi les personnes touchées.

Une recherche publiée l’année dernière dans la revue Cardiology a exploré la relation entre l’exposition à la chaleur et la mort de plus de 1 300 travailleurs népalais sur une période de neuf ans jusqu’en 2017. Les climatologues et les cardiologues ont constaté une forte corrélation entre le stress thermique et la mort de jeunes travailleurs due à des problèmes cardiovasculaires pendant les mois d’été.
Sur la population migrante du Qatar, environ 700 000 sont des Indiens, 400 000 des Népalais et 400 000 des Bangladais. Il s’agit donc d’un problème de conditions de travail gravement affectées dans toute l’Asie du Sud.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page