L’OMS: L’Afrique doit maintenir des mesures fortes contre la propagation du Covid-19

L’organisation mondiale de la santé (l’OMS) a appelé les pays africains à maintenir des mesures fortes de surveillance pour lutter contre la propagation du Covid-19 sur le continent, malgré le début de levée des mesures de confinement dans certains pays, comme en Afrique du Sud.
Face au Covid-19, des nombreux pays africains ont pris des mesures de confinement partiel ou total pour arrêter la propagation du Covid-19. Dans un communiqué, l’organisation mondiale de la santé (OMS) leur a rappelé jeudi 30 avril de maintenir des mesures fortes pour lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus.
Ces mesures “ont contribué à ralentir la propagation du Covid-19, mais il demeure une menace considérable pour la santé publique”, a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique dans un communiqué.

“Il est important de maintenir des mesures fortes de surveillance, de détection des cas et de tests, entre autres mesures de contrôle pour mettre fin à la pandémie”, ajoute le texte.
“Si les gouvernements mettent brusquement fin à ces mesures, nous risquons de perdre les gains que les pays ont réalisés jusqu’à présent contre le Covid-19”, estime l’OMS.
L’Afrique du Sud a ainsi commencé vendredi 1er mai à lever progressivement le confinement imposé depuis cinq semaines à ses 57 millions d’habitants, en autorisant le lent redémarrage d’une petite partie de son économie en crise.
Avec plus de 5 600 cas et une centaine de morts officiellement répertoriés, le pays le plus industrialisé d’Afrique subsaharienne est aussi, de loin, le plus touché par le Covid-19.

Le gouvernement comme les épidémiologistes qui le conseillent se sont félicités de l’efficacité du confinement qui, conjugué à la fermeture des frontières, a permis de contenir la propagation de la maladie. Mais dans une Afrique du Sud à l’économie en crise et profondément inégalitaire, les difficultés pour les populations les plus démunies privées de leurs petits boulots de subsistance ont contraint les autorités à entrouvrir les vannes.
Le confinement “ne peut être prolongé indéfiniment”, a résumé le président Cyril Ramaphosa, “les habitants doivent manger, gagner leur vie, les entreprises doivent produire et vendre […] et garder leurs employés”.

L’essentiel des restrictions imposées à la population demeurent, notamment pour les déplacements. Principale nouveauté, le port d’un masque est désormais obligatoire dans les lieux publics. “Revenir soudainement à la normale provoquerait une explosion [du nombre de cas]”, a justifié le ministre de la Santé, Zweli Mkhize. “Le fait que nous n’ayons pas eu autant de morts qu’ailleurs dans le monde ne signifie pas que ça ne peut pas arriver en Afrique du Sud”.
Selon l’organisation internationale, “l’Afrique a enregistré à ce jour plus de 36 000 cas confirmés de Covid-19 et plus de 1 500 décès”, et la situation est “préoccupante” dans les régions d’Afrique centrale et de l’ouest.

Malgré les progrès réalisés dans le domaine du dépistage du Covid-19, les pays de la Région africaine de l’OMS effectuent en moyenne neuf tests pour 10 000 personnes. “L’OMS s’efforce d’améliorer la capacité de dépistage en envoyant une nouvelle série de kits de tests aux pays d’Afrique subsaharienne”, affirme l’OMS dans son communiqué.
L’Afrique reste cependant l’une des régions du monde la moins touchée par cette pandémie venue de la Chine et qui a fait des milliers de morts en occident notamment.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer