L’opposition turque accuse Erdogan d’aggraver la situation en Libye

Le Parti démocratique du peuple (HDP) de l’opposition turque a déclaré que «l’ingérence d’Ankara dans les affaires libyennes a aggravé la situation et modifié l’équilibre», et que les pratiques du président du régime turc, Recep Tayyip Erdogan, et de son parti au pouvoir, en Libye, ne sont rien d’autre qu’une «occupation pure d’autres terres».

Ceci est venu dans les déclarations faites par le porte-parole du parti, Sadatoglu, samedi, et rapportées par le site Internet du journal d’opposition turc “Arti Gercek”.

Sadatoglu a ajouté: «La présence turque en Libye est une occupation, ou une ouverture selon la logique ottomane», notant que «Ankara, par son intervention en Libye, cherche à réaliser des gains grâce aux puits de pétrole là-bas».

Il a souligné que les villes de Syrte et Jufrah, qui ont une importance stratégique, sont la garantie de la capacité de la Turquie à y rester, ajoutant: “Mais une fois que nous avons approché les frontières de ces deux villes, les conditions ont changé de sorte que l’Égypte a déclaré que cette zone était une ligne rouge, tout comme la Russie.”

Il a ajouté: “En raison de ces réactions qui ont secoué le régime turc, les forces de Fayez al-Sarraj soutenues par Ankara se sont arrêtées là sans rien de nouveau.”

Dans un contexte connexe, Sadatoglu a déclaré que le régime turc continue à adopter des politiques caractérisées par une hostilité sévère contre tous les pays voisins, jusqu’à ce qu’il soit confronté à un large front de ceux qui le rendent hostile en raison de ses politiques et pratiques coloniales.

Il a expliqué que “la Turquie joue dans ses pratiques en Libye, qui est considérée comme une région importante pour elle au nom des puissances économiques de la mer Méditerranée”.

Il a déclaré que “les revendications d’Ankara sur son droit aux champs d’énergie et de pétrole de la Méditerranée la placent dans une position difficile face  l’ensemble de la communauté internationale”, ajoutant: “Cela rendra son champ de mouvement en Libye complètement limité comme il s’est produit et a trébuché à Idlib en Syrie.”

Dans un autre contexte, Sadatoglu a dénoncé les opérations militaires lancées par les forces turques hors des frontières, visant les forces du PKK dans le nord de l’Irak.

Et il considérait que les opérations militaires lancées par l’armée turque sur la zone «Haftanin» dans le nord de l’Irak, «une occupation des terres irakiennes».

Dans un contexte connexe, Sadatoglu a critiqué le silence de l’Union européenne sur le meurtre de civils par les forces turques dans ses opérations militaires, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, ajoutant: «Tant que ces pratiques n’affectent pas les intérêts européens, l’Union reste silencieuse et ne dit pas un mot.»

Il a appelé les pays européens à cesser de vendre des armes à Ankara, disant: “Si vous ne voulez pas que le peuple kurde meure, arrêtez de vendre des armes à la Turquie”.

Concernant les conditions économiques en Turquie, Sadatoglu a déclaré: «Il est clair pour tout le monde que le régime d’Erdogan est devenu incapable de surmonter la crise économique sévère que traverse le pays depuis longtemps, et peut-être que l’effondrement récent de la livre est un bon exemple.

Il a poursuivi: “Le régime d’Erdogan a exploité la capitale pour les politiques de guerres menées droite et gauche afin de préserver sa survie, c’est la réalité du régime existant en Turquie, malheureusement.”

Et il s’attendait à ce que “les dimensions de la crise économique atteignent des stades dangereux qui affectent directement la vie des citoyens, en raison du lien d’importation et d’exportation dans le pays avec des devises fortes, qui a perdu la monnaie locale, la lire, sa valeur de manière significative”.

L’opposition kurde a également souligné, dans un contexte connexe, que la popularité du Parti de la justice et du développement, dirigé par Erdogan, diminue de jour en jour, et que les pratiques du régime sont à l’origine de ce déclin, en particulier ses politiques liées aux Kurdes.

Il a poursuivi en déclarant: “Nous n’oublions pas non plus à ce stade que l’échec à résoudre le problème kurde est l’une des causes de la crise économique que traverse le pays, car le manque de stabilité dans le pays rendrait les investisseurs réticents à y venir.”

Il a expliqué que “cette opportunité est très appropriée pour l’opposition turque d’unir ses forces contre le régime au pouvoir, qui est témoin d’un effondrement majeur à tous les niveaux, une grande alliance démocratique doit être formée contre Erdogan et son parti pour en finir”.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer