Naftali Bennett met fin au règne de Netanyahu en Israël

Le Parlement israélien organise, dimanche, le vote de confiance au nouveau gouvernement. C’est dans une ambiance électrique que le chef de la droite radicale israélienne, Naftali Bennett, a pris la parole devant la Knesset, où de nombreux députés fidèles à Benjamin Netanyahu lui reprochent de trahir son camp.

La Knesset a commencé à se réunir en session spéciale à partir de 16 h locales afin de permettre au centriste et dirigeant de l’opposition, Yaïr Lapid, et au chef de la droite radicale, Naftali Bennett, de présenter leur équipe qui fera l’objet en soirée d’un vote. Le discours de ce dernier a été chahuté par les députés Likoud fidèles à Benjamin Netanyahu pendant plusieurs longues minutes.

“Je comprends que ce ne soit pas un jour facile pour beaucoup aujourd’hui, mais ce n’est pas un jour de deuil, c’est un jour de changement, de changement de régime dans une démocratie, a déclaré Bennett dans son discours de présentation avant un vote de confiance des députés à son gouvernement.

Israël s’apprête, dimanche13 juin, à ouvrir une nouvelle page de son histoire avec un vote attendu du Parlement pour entériner une “coalition du changement” devant mettre un terme au règne de Benjamin Netanyahu, le plus long de l’histoire du pays.

La nouvelle coalition hétéroclite, réunissant deux partis de gauche, deux de centre, trois de droite et une formation arabe, a réuni la majorité nécessaire de 61 députés sur les 120 au Parlement.

Et à moins d’un revirement de dernière minute, elle devrait obtenir la bénédiction des élus, qui permettra ainsi d’évincer du pouvoir Benjamin Netanyahu, à la tête du gouvernement depuis 12 ans sans discontinuer.

Netanyahu a retorqué dans son allocution qu’il espérait être bientôt de retour à la tête du gouvernement israélien. “Si c’est notre destin d’être dans l’opposition, nous le ferons la tête haute, nous allons faire tomber ce mauvais gouvernement et nous serons de retour pour diriger le pays à notre manière, nous serons de retour bientôt”, a t-il déclaré la Knesset

Après les dernières législatives de mars, l’opposition s’est soudée contre Benjamin Netanyahu et – fait rarissime – a réussi à rallier le parti arabe israélien Raam de l’islamiste modéré Mansour Abbas.

“Le gouvernement œuvrera pour toute la population – les religieux, les laïcs, les ultra-orthodoxes, les Arabes – et ce, sans exception”, a promis Naftali Bennett, ex-proche de Netanyahu.

“La population mérite un gouvernement responsable, efficace, qui place le bien du pays à la tête de ses priorités”, a renchéri Yaïr Lapid, qui devrait être chef de la diplomatie sous Bennett.

La nouvelle coalition sera dirigée par Naftali Bennett, le chef du parti de droite Yamina, pendant les deux premières années, puis par Yaïr Lapid pour une période équivalente.

Quoi qu’il en soit, le Likoud de Netanyahu a promis un “transfert de pouvoir pacifique” après plus de deux ans de crise politique marquée par quatre scrutins qui ont débouché soit sur une incapacité à former un gouvernement, soit sur un gouvernement d’union n’ayant duré que quelques mois.

Après le vote prévu à la Knesset, une passation de pouvoir formelle doit avoir lieu, lundi, au bureau du Premier ministre.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page