Sedat Peker continue d’exposer le régime turc

Le chef de la mafia turque, Sedat Peker, continue de révéler l’implication de proches du chef du régime turc de son pays dans des crimes, des scandales, des trafics de drogue et des relations avec des organisations terroristes, et cette fois il s’est rapproché du cercle entourant le président du régime, Recep Tayyip Erdogan.

Pendant un mois, le chef de la mafia a publié sur sa chaîne YouTube des vidéos qu’il a consacrées à exposer le régime d’Erdogan et ses symboles, dans lesquelles il a déclaré que des responsables turcs actuels et anciens étaient impliqués dans une série de crimes, de scandales et de trafic de drogue.

Le chef de la mafia a accusé le ministre de l’Intérieur Süleyman Soylu de s’être donné le pouvoir de révoquer des passeports sans décision de justice. Il a également indiqué que le même ministre recevait des pots-de-vin et de l’argent, en échange de la compensation des passeports avec des personnes avec qui il était d’accord.

Le patron de la mafia a déclaré : “Ils ont annulé les passeports de nos avocats et de tous leurs proches. Ils les ont annulés sans ordonnance du tribunal, mais Suleyman Soylu aime des membres de FETÖ, ceux qui ont de l’argent.”

Sedat Peker a tout particulièrement ciblé les liens avec le crime organisé qu’entrediendrait le ministre de l’Intérieur Süleyman Soylu, qui dément. Quant au président turc, le mafieux a d’abord donné l’impression de ne pas vouloir l’attaquer personnellement, jusqu’à ce que ce dernier soutienne Süleyman Soylu. «Nous sommes aux côtés de notre ministre de l’Intérieur dans sa lutte contre les bandes criminelles, ainsi que les organisations terroristes», a-t-il affirmé devant les députés de son parti, l’AKP.

Personne n’avait prévu qu’il parlerait, Mais ses révélations illustrent la très forte imbrication entre la mafia et le gouvernement», suggère l’économiste stambouliote Eser Karakaş, dont la silhouette s’est souvent découpée sur les plateaux de télévision turque avant qu’il ne doive s’exiler en Europe il y a cinq ans.

Des ministres, conseillers et membres des services de renseignements sont visés et les accusations sont très graves : assassinats de journalistes, trafic de drogue avec le Venezuela, viols ou encore ventes illégales d’armes. L’homme dézingue l’entourage de Recep Tayyip Erdogan et dit avoir les preuves de ce qu’il avance.

Trafic de cocaïne avec le Venezuela mené par le fils de l’ancien Premier ministre Binali Yıldırım; envoi d’armes à des djihadistes syriens via le groupe paramilitaire turc SADAT; assassinat d’une journaliste qui aurait déposé plainte après avoir été violée par un député du Parti de la justice et du développement (AKP, au pouvoir depuis 2002) lui-même fils d’un ancien ministre; liquidation d’un autre journaliste à Chypre; organisation d’une fausse manifestation devant un journal: la liste est longue qui établit les liens entre commanditaires au pouvoir et exécutants, sur fond d’idéologie ultranationaliste partagée.

Peker a également expliqué que Soylu avait précédemment prévenu un homme d’affaires qu’il serait arrêté s’il ne quittait pas la Turquie, soulignant que l’homme d’affaires Sezgin Baran Korkmaz avait quitté le pays, après avoir reçu des informations d’un des hommes du ministre concernant le lancement d’enquêtes avec lui.

Sedat avait révélé que Suleiman Soylu l’avait aidé à s’échapper de Turquie après l’avoir averti que les autorités lanceraient une campagne de sécurité contre la mafia qu’il dirige.

Dans la même vidéo, Peker a de nouveau attaqué Binali Yildirim, le dernier Premier ministre turc avant la transition vers le système présidentiel en 2018, alors que le chef de la mafia révélait le scandale de l’importation de cocaïne en Turquie depuis le Venezuela par le fils proche d’Erdogan, Erkan. .

Le chef de la mafia a également attaqué des chaînes satellitaires fidèles au Parti pour la justice et le développement au pouvoir, les accusant de falsifier les faits sur la question palestinienne.

Le chef de la mafia a révélé dans la même vidéo qu’il existe un complot du gouvernement turc pour le liquider, en coopération avec des gangs internationaux, après avoir dévoilé ses scandales dans les vidéos.

Sedat Peker a renouvelé ses menaces au gouvernement turc d’exposer ses relations avec des gangsters, et a confirmé qu’il avait décidé de reporter les discussions sur le chef du régime turc, Recep Tayyip Erdogan, jusqu’à l’issue de la rencontre de ce dernier avec son homologue américain Joe Biden, notant que il ne dirait rien qui puisse nuire à l’État.

Les scandales révélés par Sadate Peker ont suscité des doutes parmi les Turcs dans les relations du gouvernement avec les gangs mafieux, en particulier dans les incidents d’assassinats, d’enlèvements, de disparitions forcées et de trafic d’armes et de drogue.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page