Vladimir Poutine: La Russie réagirait durement à toute provocation

Vladimir Poutine a promis, mercredi 21 avril, à ses rivaux étrangers une riposte “dure” s’ils tentaient de s’en prendre à la Russie, sur fond de tensions croissantes avec l’Occident et avant des manifestations d’opposition menacées de répression.

Le président russe, Vladimir Poutine, a prévenu l’Occident qu’il devait s’abstenir de franchir de ligne rouge, assurant que Moscou réagirait rapidement et durement à toute provocation qui obligerait ses auteurs à regretter leurs actes.

Le président russe, dans son grand discours annuel, a adressé une mise en garde à ses adversaires étrangers, lLes organisateurs de provocations menaçant notre sécurité le regretteront comme jamais ils n’ont eu à regretter quelque chose, a-t-il martelé. J’espère que personne n’aura l’idée de franchir une ligne rouge, a-t-il encore dit, promettant une riposte “asymétrique, rapide et dure”.

Son porte-parole Dmitri Peskov a précisé aux agences russes que ces lignes concernaient les intérêts de Moscou, l’ingérence dans la vie politique intérieure et tout propos “insultant” pour le pays.

Washington et l’Union européenne dénoncent depuis des semaines le déploiement de dizaines de milliers de soldats russes aux frontières de l’Ukraine,. Ils critiquent sans relâche l’emprisonnement du principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, en grève de la faim depuis trois semaines et qui serait mourant selon ses proches.

La Russie, du fait du conflit en Ukraine, de la répression de l’opposition, d’accusations de cyberattaques, d’espionnage et d’ingérences électorales est sous le coup de multiples sanctions occidentales.

Mais le seul dossier international précis abordé par Vladimir Poutine est celui d’une supposée tentative “de coup d’État et d’assassinat du président du Bélarus”, révélée le weekend dernier par les services de sécurité des deux pays.

Vladimir Poutine a dénoncé le silence occidental, à la veille d’une rencontre à Moscou avec son homologue bélarusse, Alexandre Loukachenko, honni en Occident du fait de la répression brutale d’un mouvement de contestation depuis août 2020.

par: Arab Observer 



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page