Rached Ghannouchi échappé de justesse au vote à retirer la confiance

La séance plénière du parlement tunisien a commencé à voter sur la pétition visant à retirer la confiance du président du parlement, le chef du mouvement des Frères musulmans Ennahdha, Rached Ghannouchi, jeudi, avec plus d’une heure de retard, et s’est déroulée dans des circonstances difficiles et dans une atmosphère convulsive, alors que le deuxième adjoint du président, Tarak Fetiti, a tenté de la contrôler en levant la session et en rappelant la loi de déroulement du session une autre fois.

A l’issue de l’opération de décompte des voix, que 133 députés ont participé au scrutin dont 97 ont voté pour le retrait de la confiance, le reste des voix se présente comme suit: 16 contre, 18 papiers nuls et 2  blancs.

Malgré que le président du Parlement tunisien, Rached Ghannouchi, ait échappé de justesse au vote à retirer la confiance, et réussi à conserver son poste de président de la Chambre des représentants avec difficulté, il a perdu le glamour du leadership et l’image d’un homme fort dans l’arène politique tunisienne.

La session a été témoin de diverses discussions, alors que des membres du mouvement Ennahdha insistaient pour exiger l’adoption de l’isolement lors d’un vote secret, ce que le président a rejeté comme une violation de la loi.

Alors que d’autres députés ont demandé que le temps soit ajouté au vote prévu pour seulement deux heures, la présidence de la session a répondu à la demande et suffisamment de temps a été donné pour mener le processus de vote pour tous les députés présents.

Il est à noter que les députés du Mouvement Ennahdha et de la Coalition Al-Karama ont boycotté le vote, malgré la présence d’un certain nombre d’entre eux, la session qui a enregistré les provocations du bloc de la Coalition Al-Karama, fidèle au Mouvement Ennahdha, considéré par le président de session comme une tentative de le contrecarrer.

C’est la première fois que le Parlement est amené à se prononcer sur son président, dix ans après la révolution qui a chassé du pouvoir Zine el Abidine Ben Ali, et lancé la démocratisation du pays.

Alors que le débat se poursuit sur la performance de Ghannouchi au sein du parlement, beaucoup commentent que Ghannouchi n’a pas gagné la bataille du renouvellement de la confiance en lui politiquement ou mathématiquement, si nous prenons en considération les vingt papiers annulés.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer