La formation d’une force de sécurité parallèle à Istanbul

Les deputés de l’opposition turque et les militants politiques ont déclaré que la création d’une nouvelle force de sécurité, par le président Recep Tayyip Erdogan, sous la supervision de la direction de la sécurité d’Istanbul, est une tentative de former une «force de police parallèle dans la ville».

L’unité, annoncée dans un décret présidentiel publié samedi au Journal officiel, se compose de 500 policiers, qui présenteront leurs rapports directement à la direction de la sécurité à Istanbul.

Le parlementaire Ibrahim Kaboglu, du Parti républicain du peuple d’opposition, a estimé sur son compte Twitter que la mise en place d’une telle unité «contredit la constitution turque», selon le site turc «Ahval».

Kaboglu a estimé que la décision de former une force de sécurité parallèle à Istanbul «viole l’article 126 de la Constitution», qui réglemente la formation d’unités administratives locales dont les devoirs et les pouvoirs sont définis par la loi.

L’avocat Mehmet Koksal a déclaré que la création de la présidence turque d’une force de police parallèle dans la plus grande ville de Turquie “est une évolution très dangereuse”, ajoutant que “c’est ainsi qu’une force de police a été formée à l’époque d’Hitler en Allemagne”.

L’avocat Koksal a indiqué que des forces similaires avaient été créées dans un certain nombre de villes turques en 2018, afin d’assurer la sécurité lors des rassemblements présidentiels auxquels Erdogan a participé.

Jarrow Bilan, un député du Parti démocratique populaire d’opposition pro-kurde, a déclaré que la nouvelle force prend ses ordres directement d’Erdogan, qualifiant sa formation d ‘”extrêmement dangereuse”.

En juin, le parlement turc a adopté un projet de loi controversé qui accorderait des pouvoirs similaires à ceux accordés à la police aux gardes de quartier la nuit, qui patrouillent dans les rues pour signaler les vols et les cambriolages.

Le nombre de ces gardes, affiliés au ministère turc de l’Intérieur, s’élève à plus de 28 000 personnes, armés de pistolets et autorisés à demander l’identification, l’arrestation et la fouille des citoyens.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer