fbpx

Analyse: les spammeurs et les groupes terroristes exploitent les hashtags de protestation égyptiens

 

Des groupes d’intérêt semblent exploiter les hashtags Twitter entourant les manifestations antigouvernementales en Égypte.

BBC Monitoring a noté que les groupes pro-Etat islamique ont utilisé des comptes de botpour exhorter les Égyptiens à abandonner les manifestations “futiles” et à soutenir le groupe djihadiste à la place.

D’autres analystes disent que d’énormes nombres de tweets ont été envoyés à partir de comptes précédemment dormants ainsi que ceux nouvellement créés dans les tentatives grossières de dominer la conversation. On ne sait pas qui était derrière ces campagnes de spam, ni pourquoi.

Des manifestations de rue ont lieu en Égypte depuis le vendredi 20 septembre contre le gouvernement du président Abdul Fattah al-Sisi après que l’homme d’affaires Mohamed Ali a publié une série de vidéos en ligne accusant le dirigeant du pays de corruption.

Vendredi, plus de 400 000 commentaires ont été postés sur le hashtag arabe « Le peuple exige la chute du régime ». Les utilisateurs ont également posté sous les tags “Décrire Sisi”, “Leave”, “Vendredi de Rage” en arabe et #sisi_out en anglais.

La semaine dernière, le tag “Assez Sisi” a brièvement atteint 1million de tweets avant la suppression des comptes de spam réduit le chiffre.

Comptes pro-Etat islamique

Une analyse de la BBC Monitoring montre que les comptes alignés avec le groupe État islamique ont cherché à capitaliser sur les protestations en publiant à plusieurs reprises des vidéos de propagande sur des hashtags tendance.

Au moins 20 comptes pro-EI ont été observés reposting vidéos État islamique sur les hashtags de protestation en Egypte.

Une vidéo, qui décrivait le président Sisi comme un « tyran » allié aux « Croisés » (c’est-à-dire l’Occident) et l’accusait d’avoir tué de jeunes Égyptiens, a été publiée toutes les heures par un compte (@afaqq200) à l’aide d’un service d’automatisation tiers.

Le compte a utilisé des hashtags en arabe tendance « Leave O Sisi » et « Tahrir Square » pour gagner en popularité, et lui et d’autres comptes impliqués dans la campagne ont depuis été suspendus.

Les médias sociaux djihadistes sont largement concentrés sur Telegram après avoir été expulsés de Twitter et de Facebook. Cependant les comptes pro-IS surgissent invariablement de temps en temps pour profiter des événements actuels, les utilisateurs sachant qu’ils auront une longévité limitée.

Les comptes utilisés dans ce cas semblent avoir été détournés depuis longtemps par des utilisateurs pro-EI.

comptes de spam

L’écrivain Erin Gallagher a noté qu’un grand nombre de faux comptes publiant un contenu quasi-identique sur des hashtags de protestation en Égypte.

Ses recherches, publiées sur son blog moyen, ont révélé que jusqu’à 20 pour cent des Tweets utilisant l’arabe “Tahrir Square now”, hashtag provenait de comptes bot poster via l’application IFTTT.

Si il s’agit d’un service qui permet à la technologie personnelle d’un utilisateur d’effectuer une opération si certaines conditions sont remplies.

Le site Web IFTTT utilise l’exemple inoffensif de l’appareil d’application domestique d’un utilisateur qui allume la lumière du porche lorsque son application de livraison de nourriture signale qu’une commande est en route – mais elle est utilisée par les spammeurs pour envoyer plusieurs messages sur les médias sociaux.

S’appuyant sur les observations faites par lobna Gouda, chercheuse en technologie aux États-Unis, Mme Gallagher a souligné que bon nombre des comptes de pourriels ont été créés récemment et que les prénoms féminins et les prénoms féminins utilisés ont utilisé une série de lettres telles que IIIIIIIIILII12, avec un nombre sur la fin. Ils n’étaient pas subtils.

Mme Gallagher souligne qu’il est impossible de dire qui était derrière les tweets pro-EI … mais quelqu’un essaie de perturber les tendances numériques qui correspondent aux manifestations en Egypte », a-t-elle écrit. “Les manifestants ne savent pas qui est derrière la campagne, et il est tout à fait possible que c’est de la propagande noire qui n’est pas du tout associée aux manifestations, mais conçue pour discréditer et calomnier les manifestants en essayant de les relier à des terroristes”.

L’universitaire Marc Owen Jones a également noté un grand nombre de nouveaux comptes spamming hashtags de protestation.

L’analyse du professeur Jones montre que près de 1 500 des 9 713 comptes uniques affichant sur un seul hashtag ont été créés en septembre 2019. Il dit que, dans une taille d’échantillon typique, les nouveaux comptes représenteraient moins d’un pour cent des postes.

Au lieu de cela, souligne-t-il, ils ont été responsables de 378 000 tweets, avec un compte (maintenant furieusement retweeting contenu aléatoire, sans doute pour couvrir son véritable but) après avoir tweeté près de 13.000 fois depuis sa création récente.

La grande majorité de ces nouveaux comptes n’ont pas révélé leur emplacement, dit le professeur Jones.

Cela fait-il partie d’une tendance?

Avant même le début des manifestations en Egypte vendredi dernier, la manipulation du hashtag semble avoir été un problème.

La semaine dernière, le hashtag arabe “Assez Sisi” a atteint plus d’un million de tweets sur Twitter après l’appel de Mohamed Ali pour le rendre viral.

Le lendemain, ce nombre était tombé à environ 800 000. Cela, BBC Monitoring expliqué à l’époque, est presque certainement parce que Twitter a été supprimé comptes de spam qui ont été à plusieurs reprises l’affichage du hashtag.

Alors que de nombreux tweets sur le hashtag ont été considérés comme authentiques, il est clair que certains utilisateurs ont eu recours à suspect pour être la marque sur l’objectif d’un million de tweets.

Il y a également eu des accusations de « sales tours », les combattants anti-Sisi accusant les comptes pro-Sisi d’avoir créé des variantes du hashtag original « Assez Sisi » afin de générer du trafic ailleurs.

Même si seulement environ trois pour cent des Égyptiens utilisent Twitter, et étant donné que les médias sociaux sont maintenant étroitement surveillés par le gouvernement, il est toujours considéré comme un facteur de mobilisation dans la dissidence, et est assez influent pour le président Sisi de répondre publiquement à Mohammed Ali postes accusateurs.

Par : Alistair Coleman

Disinformation specialist

Show More
Close
Close