Affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens sur l’esplanade de Mosquée Al-Aqsa

De nouveaux affrontements ont éclaté, après la prière, entre fidèles palestiniens et policiers israéliens sur l’esplanade de Mosquée Al-Aqsa et autre, troisième lieu saint de l’islam, à Jérusalem-Est, secteur palestinien occupé par Israël, faisant une vingtaine de blessés parmi les Palestiniens.

Des centaines de Palestiniens ont d’ailleurs manifesté dans plusieurs villes après la prière du vendredi, lors de rassemblements émaillés de heurts avec les forces de l’ordre israéliennes. Des dizaines de Palestiniens ont été blessés, selon le Croissant-Rouge palestinien.

Après l’annonce du cessez-le-feu, les Palestiniens, dont beaucoup avaient passé 11 jours dans la peur des bombardements israéliens, avaient afflué dans les rues de Gaza. Les haut-parleurs des mosquées avaient salué “la victoire de la résistance sur l’occupation (israélienne)”.

Les voitures circulant à l’aube dans le quartier de Cheikh Jarrah à Jérusalem-Est arboraient des drapeaux palestiniens et klaxonnaient, faisant écho aux scènes de célébration à Gaza.

À partir de “2 heures, aucun tir n’a été détecté et les avions de l’armée sont retournés à leurs bases”, a indiqué l’armée israélienne.

Chaque partie a toutefois déclaré qu’elle était prête à riposter à toute violation de la trêve par l’autre. L’Égypte a déclaré qu’elle enverrait deux délégations pour surveiller le cessez-le-feu.

Les hostilités, exacerbées par les affrontements entre la police israélienne et les fidèles de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem pendant le mois sacré du ramadan, étaient les plus graves depuis plusieurs années.

En raison de ces affrontements, de nombreux Palestiniens de Gaza n’ont pas pu célébrer la fête musulmane de l’Aïd à la fin du ramadan. Vendredi, dans toute la bande de Gaza, des repas de fête ont été organisés.

En Israël, les stations de radio, qui diffusaient des informations et des commentaires 24 heures sur 24, ont repris la diffusion de musique et de chansons populaires.

Le Hamas a présenté les combats comme une victoire contre un ennemi militairement et économiquement plus fort. “Il est vrai que la bataille se termine aujourd’hui, mais (le Premier ministre israélien) et le monde entier doivent savoir que nous nous tenons prêts à dégainer et que nous continuerons à accroître nos capacités de résistance”, a déclaré Ezzat el Rechiq, membre du bureau politique du Hamas.

Il a déclaré à Reuters que les demandes du mouvement comprennent également la protection de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem et la fin de l’expulsion de plusieurs Palestiniens de leur maison à Jérusalem-Est, ce que Ezzat el Rechiq a décrit comme “une ligne rouge”.

“Ce qui se passera après la bataille de ‘l’épée de Jérusalem’ ne ressemblera pas à ce qui s’est passé avant, car le peuple palestinien a soutenu la résistance et sait que c’est elle qui libérera sa terre et protégera ses lieux saints”, a déclaré Ezzat el Rechiq.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page