Russie: plus de 3300 arrestations lors des manifestations pro-Alexeï Navalny

La police a interpellé samedi plus de 3 300 personnes à travers la Russie lors des rassemblements organisés pour demander la libération de l’opposant Alexeï Navalny, arrêté le week-end dernier dès son retour d’Allemagne. À Moscou, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défié l’interdiction de manifester.

De Moscou à Vladivostok, l’équipe du célèbre militant anticorruption, victime d’un empoisonnement présumé cet été, avait publié des appels au rassemblement dans 65 villes russes. À Moscou, la manifestation a rassemblé plus de 40 000 personnes.

Les premières manifestations samedi dans l’Extrême-Orient russe et en Sibérie, notamment à Vladivostok, Khabarovsk, Novossibirsk et Tchita, ont fait face à d’importants effectifs de police. Et par endroits, la répression a été brutale.

La femme d’Alexeï Navalny, Ioulia Navalnaïa, qui participait au rassemblement moscovite, a annoncé avoir été interpellée.

“Excusez la mauvaise qualité (de la photo), la lumière est mauvaise dans le fourgon cellulaire”, a-t-elle ironisé sur sa page Instagram, diffusant un selfie pris dans un véhicule de police.

L’ONG russe OVD-Info a décompté, dimanche 24 janvier, plus de 3 300 arrestations en marge des manifestations organisées à travers toute la Russie à l’appel des partisans d’Alexeï Navalny pour exiger la libération de l’opposant arrêté dimanche dernier.

Les forces de l’ordre moscovites avaient promis vendredi de “réprimer sans délai” tout rassemblement non autorisé. En outre, la mairie a jugé “inacceptable” toute manifestation à cause de la pandémie de Covid-19.

Certains des protestataires ont été frappés à coups de matraque tandis que des centaines de personnes se rassemblaient en scandant “liberté !” non loin de ce centre de détention du nord de la capitale russe.

Placé en détention jusqu’au 15 février au moins et visé par plusieurs procédures judiciaires, Alexeï Navalny, 44 ans, a été appréhendé dimanche dernier, dès son retour d’Allemagne, après cinq mois de convalescence.

Dans un communiqué, le nouveau porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a condamné, samedi, l’emploi par Moscou de “méthodes brutales” contre les dizaines de milliers de personnes qui ont manifesté en Russie.

“Nous exhortons les autorités russes à relâcher tous ceux qui ont été arrêtés parce qu’ils exerçaient leurs droits fondamentaux et à libérer immédiatement et sans conditions Alexeï Navalny“, a poursuivi le porte-parole de la diplomatie américaine sous la présidence de Joe Biden.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page