Tunisie: Appelle à manifester à la commémoration de l’assassinat de Chokri Belaïd

Des organisations politiques et civiles en Tunisie ont appelé à une manifestation demain, samedi 6 février, à célébrer la commémoration de l’assassinat de Chokri Belaïd, pour exiger la dissolution du parlement, l’expulsion de la Fraternité, la responsabilité et le procès des personnes impliquées dans l’assassinat de Chokri Belaïd, la libération des personnes arrêtées et pour protester contre les politiques gouvernementales.

Près de 50 organisations civiles, partis et mouvements politiques ont publié un communiqué du “66” appelant toutes les femmes tunisiennes et tunisiennes à participer à la marche de masse prévue samedi, qui partira de la place Chokri Belaid (la place des droits de l’homme) sur Mohammed V Rue jusqu’à la rue Habib Bourguiba.

Pour les organisations, le comportement de certains groupes de sécuritaires dénote une tendance fachiste qui les rendent « une force, un gang, une milice hors la loi menaçant la paix sociale, l’Etat et le régime républicain, avec un discours de haine visant toutes les voix libres ». Pire, ces groupes se sont dressés en tant que juge et bourreau.

Le communiqué dénonçait la campagne de répression contre les manifestants ces derniers jours et considérait que le pays se trouve aujourd’hui dans une phase dangereuse, et selon leur position, certains syndicats sont passés de structures syndicales journalistiques à un parti politique à des gangs armés qui menacent les manifestants et appellent à la prévention des protestations en violation flagrante des droits constitutionnels et la droit à l’expression.

Les partis participant au mouvement, prévu samedi, ont appelé le gouvernement tunisien à prendre des mesures et des procédures dans l’affaire de ces syndicats et de leurs dirigeants, notamment en les poursuivant en raison de campagnes d’expiation et d’appels à attaquer les citoyens en signe de protestation.

Les organisations ont également appelé à la libération immédiate de toutes les personnes arrêtées dans les mouvements de protestation et à la cessation de toutes les conséquences sécuritaires et judiciaires pour leurs droits, en plus de responsabiliser les personnes impliquées dans des affaires des violations et de meurtre prémédité, de révéler la vérité sur les assassinats politiques dans l’affaire de Chokri Belaid et de Mohamed Brahmi et d’éviter la culture de l’impunité.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page