Taux de chômage et de pauvreté élevé en Turquie

Le chômage en Turquie est passé à 13,4% en juin, en hausse de 0,4 point de pourcentage par rapport au même mois de l’année dernière, a annoncé jeudi l’Institut turc de statistique (TurkStat).

Une étude récente menée par des économistes a révélé que le nombre de Turcs pauvres doublera d’ici la fin de cette année pour atteindre près de 20 millions, entravant les progrès accomplis au cours des décennies, ainsi que l’approfondissement des inégalités dans la société turque, à la suite des guerres d’Erdogan dans la région et l’échec de la politique économique de son gendre, le ministre des Finances Berat Albayrak, alors que la crise du coronavirus a précipité l’aggravation de la crise économique du pays.

Le nombre de chômeurs de 15 ans et plus a reculé de 152 000 en glissement annuel pour s’établir à 4,1 millions à la fin juin.
Les données de TurkStat ont montré que le taux d’emploi atteignait 42,4%, diminuant considérablement de 4 points de pourcentage sur une base annuelle.

Le chômage non agricole a augmenté de 0,6 point de pourcentage pour s’établir à 15,9% au cours de la même période.
“Le nombre de personnes employées a diminué de 1,98 million à 26,5 millions en juin 2020 par rapport à la même période l’année dernière”, a-t-il indiqué.

Le taux de chômage des jeunes, y compris les personnes âgées de 15 à 24 ans, était de 16,1% en juin, soit une augmentation de 1,3 point de pourcentage sur une base annuelle.
Le taux d’activité a également reculé de 4,3 points de pourcentage d’une année sur l’autre, tombant à 49% au cours du mois.

Le taux d’activité des hommes a chuté de 4,8 points de pourcentage pour s’établir à 67,6% et celui des femmes de 30,8%, soit une baisse annuelle de 3,9 points de pourcentage.

Erdogan a toujours occupé son pays avec des jeux inutiles et des aventures militaires, et il n’hésite jamais à relever le plafond du risque et à tout risquer afin de consolider les fondations et le gouvernement de son parti et d’amener l’armée du pays dans une nouvelle guerre malgré l’aggravation de la crise économique dont souffre la Turquie.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer