fbpx

Cristiano Ronaldo prêt à jouer contre la Lituanie

La presse portugaise n’en avait que pour Cristiano Ronaldo, mercredi, à la veille de la rencontre de la sélection contre la Lituanie en qualification à l’Euro 2020. La colère du capitaine après son remplacement le week-end dernier lors de Juventus-Milan AC a fait causer. Les dirigeants de la Juve attendent d’ailleurs de pied ferme le retour de leur joueur après la trêve internationale pour des excuses en bonne et due forme.
Au-delà de ça, c’était bien l’état de forme de l’homme aux 95 buts sous le maillot du Portugal qui intéressait le peuple. Car Sarri l’a sorti contre Milan à cause d’un « petit problème au genou. Le sélectionneur Fernando Santos a tenu à rassurer son monde, alors que les champions d’Europe en titre ne peuvent déjà plus viser que la deuxième place de leur groupe (l’Ukraine est déjà loin devant).

« Si Cristiano Ronaldo n’était pas apte, je ne l’aurais pas convoqué (…) il est bien et il va jouer, il n’y a aucun doute là-dessus », a déclaré devant le technicien, visiblement agacé par les questions concernant les aptitudes physiques de son capitaine. Ce dernier s’est entraîné sans problème apparent mercredi.
Deuxième du groupe B où l’Ukraine est assurée de terminer première, le Portugal, champion d’Europe en titre, ne compte qu’un point d’avance sur la Serbie, toujours dans la course à la qualification.

Le 14 octobre dernier, le Portugal est passé à côté de son sujet à l’occasion de sa « finale » contre l’Ukraine. À Kiev, face aux hommes d’Andriy Shevchenko, les Lusitaniens ont raté une bonne partie de leur match. Et c’est un fait assez rare pour être signalé. Au retour des vestiaires, il y a bien eu un sursaut, mais il n’a pas suffi pour arracher le nul. Au final, il y a donc eu revers, la première défaite de Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers depuis l’élimination en 8emes de finale du dernier Mondial contre l’Uruguay (2-1). Et face à une équipe européenne, dans un match à enjeu, il fallait remonter au septembre 2016 pour trouver la trace d’un accroc de l’« Equipa das Quinas » (contre la Suisse).

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer