Épidémiologistes: cette pandémie ne se terminera pas bientôt

La pandémie du covid-19 est susceptible de s’étaler sur deux ans et ne sera maîtrisée que lorsqu’environ les deux tiers de l’humanité seront immunisés.
Cette hypothèse a été énoncée par le Center for Infectious Disease Research and Policy de l’Université du Minnesota aux USA.
«En raison de sa capacité à se propager à partir de personnes qui ne semblent pas être malades, ce virus peut être plus difficile à contrôler que celui de la grippele cause de la plupart des pandémies de l’histoire récente», écrivent les Épidémiologistes dans leur rapport.
Selon le rapport, chez certaines personnes l’évolution de la maladie peut être à son niveau le plus contagieux avant l’apparition des symptômes.

Après avoir confiné des milliards de personnes dans le monde pour ralentir sa propagation, les gouvernements autorisent maintenant avec prudence la réouverture des entreprises et des lieux publics. Alors que la pandémie du covid-19 devrait se poursuivre avec des vagues qui pourraient durer au-delà de 2022, selon les auteurs.
“Les États, les territoires et les autorités de santé tribales devraient planifier le pire des scénarios”, prévient le rapport du Center for Infectious Disease Research and Policy de l’université, “sans aucune disponibilité de vaccin ni immunité collective”.

«Les responsables gouvernementaux devraient intégrer le concept selon lequel cette pandémie ne se terminera pas bientôt, dans leurs communications envers leurs populations», déclarent les Épidémiologistes qui ajoutent que «les gens doivent être préparés à d’éventuelles résurgences périodiques de la maladie au cours des deux prochaines années».
Certes les laboratoires se précipitent pour fabriquer des vaccins, mais ces vaccins ne pourraient être disponibles qu’en petites quantités dès cette année. «Bien que de grandes quantités de vaccin contre la pandémie de grippe 2009-2010 ne soient devenues disponibles qu’après le pic de l’épidémie aux États-Unis, une étude a estimé que les injections avaient empêché jusqu’à 1,5 million de cas et 500 décès dans ce seul pays», selon le rapport.

Le rapport a été rédigé par le directeur du CIDRAP, Michael Osterholm et le directeur médical Kristen Moore, l’historien de la santé publique de l’Université Tulane, John Barry, et Marc Lipsitch, épidémiologiste à la Harvard School of Public Health.
Les mises en garde contenues dans le rapport rejoignent ceux du Professeur Raoult, qui dans une interview récente, avait mis en garde contre les difficultés liées à la course contre un vaccin lancée par pas moins de 90 laboratoires dans le monde, à coup de dizaines de milliards de dollars.
Le pire des cas – avec une résurgence majeure d’ici la fin de l’année – est l’un des trois énoncés dans le document.
Une deuxième possibilité suggère que l’épidémie de cette année pourrait être suivie d’une série de vagues plus petites jusqu’en 2021.
Et un troisième scénario, non vu dans les pandémies précédentes, comporterait une «combustion lente» de la transmission virale sans schéma clair.

Le virus a pris la communauté mondiale au dépourvu et son évolution future est encore très imprévisible”, indique le rapport. “Il n’y a pas de boule de cristal pour nous dire ce que l’avenir nous réserve et quel sera le” jeu final “pour contrôler cette pandémie.”
Cependant, souligne-t-il, un vaccin COVID-19 ne sera probablement pas disponible avant 2021. Et, parce que jusqu’à un quart des personnes infectées peuvent ne présenter aucun symptôme – et d’autres propager la maladie pendant des jours avant de se sentir malade – les pandémies de grippe historiques fournissent la meilleur modèle.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer