Erdogan devant des choix difficiles avec l’Europe

“Ils vont comprendre que la Turquie est assez forte politiquement, économiquement et militairement pour déchirer les cartes et les documents immoraux”, a déclaré M. Erdogan, faisant allusion à des zones maritimes que la Grèce et Chypre considèrent comme leurs zones économiques exclusives.

L’armée turque a annoncé samedi la tenue d’exercices militaires au large des côtes chypriotes à partir de demain/dimanche. Cette nouvelle démonstration militaire intervient au cœur de tensions avec la Grèce au sujet de recherches d’hydrocarbures sous-marins entre la Crète et Chypre.

Ces manœuvres, baptisées “Mediterranean Storm”, s’étaleront jusque jeudi. Des unités continentales de l’armée turque y prendront part, tout comme d’autres installées dans la partie turque de l’île.

Selon le ministère turc de la Défense, cet exercice annuel vise à “améliorer l’entraînement commun la coopération et l’interopérabilité” entre les éléments continentaux de l’armée et ceux installés au nord de Chypre.

“Nous continuerons à fournir les efforts nécessaires pour renforcer notre nation en préservant son unité et sa fraternité. Nous continuerons à travailler jour et nuit pour que notre État puisse atteindre les objectifs et les rêves que nous nous sommes fixés dans tous les domaines.”

“Nous sommes déterminés à faire de la Turquie une des dix plus grandes puissances mondiales. Chaque crise rencontrée prouve un peu plus le niveau atteint par la Turquie dans tous les domaines. Maintenant, il y a une Turquie qui est confiante, qui connaît son potentiel. Ceux qui sont face à nous ont conscience de ces faits. Il y a derrière les alliances fondées contre notre pays, le désarroi et la peur”, a-t-il relevé.

“Ils vont comprendre, soit par le langage de la politique et de la diplomatie, soit sur le terrain via d’amères expériences”, a prévenu le dirigeant turc lors d’une allocution télévisée. “La Turquie et le peuple turc sont préparés à toute éventualité et à toute conséquence”.

L’Otan avait annoncé cette semaine que les dirigeants grec et turc avaient accepté d’engager des “pourparlers techniques” pour prévenir tout nouvel incident entre leurs marines respectives.
Mais la Grèce avait ensuite démenti être prête à participer à des discussions, poussant la Turquie à accuser Athènes de refuser le dialogue.

La Grèce et Chypre accusent la Turquie de violer leur souveraineté en menant des forages d’exploration dans leurs eaux.
“La Turquie est prête à toute forme de partage (des ressources en hydrocarbures), du moment qu’il est équitable”, a encore déclaré samedi M. Erdogan.

Depuis le 10 août, Ankara a déployé le bateau sismique Oruç Reis et une escorte de navires de guerre turcs pour prospecter une zone riche en hydrocarbures, au large de l’île grecque de Kastellorizo et à 2 km des côtes turques.
La Turquie prospecte également dans les eaux de la République de Chypre, pays de l’UE qu’elle ne reconnaît pas depuis la partition de l’île en 1974.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page