L’armée grecque répond aux exercices militaires turcs en Méditerranée

L’armée grecque a élevé l’état d’alerte de ses forces au plus haut niveau, en prévision des exercices militaires que la Turquie prévoit de tenir entre les îles de Rhodes et Kastellorizo en Méditerranée orientale, selon les médias.

Les dirigeants de l’armée grecque ont annulé les permis pour les soldats dans presque toutes les unités et ont convoqué des officiers sur les lieux de service.

Le site a déclaré que la mobilisation des forces navales turques a nécessité une mesure similaire de l’armée grecque, et que les préparatifs se poursuivent en Grèce depuis samedi.

Le site a indiqué que la mobilisation se déroule à un rythme rapide, en particulier dans les zones sensibles, y compris la province grecque d’Evros, près de la frontière terrestre avec la Turquie.

On s’attend à ce que les exercices turcs, qui comprennent des tirs à balles réelles, commencent lundi, et les exercices turcs sont venus en réponse à la conclusion récente de la Grèce de l’accord sur la délimitation de la frontière maritime avec l’Egypte.

C’est la deuxième fois en quelques semaines que l’armée grecque annonce une mobilisation générale dans ses forces.

Cela intervient alors que le ministre des Affaires étrangères de l’Union européenne Josep Borrell a déclaré dimanche que les mouvements navals turcs en Méditerranée après la signature de l’accord maritime entre l’Egypte et la Grèce « causent une grande inquiétude ».

M. Borrell a déclaré dans un communiqué que « la récente mobilisation maritime en Méditerranée orientale est très préoccupante », ajoutant que « cela conduira à une augmentation de la discorde et de la méfiance ».

Cela intervient alors que le ministre des Affaires étrangères de l’Union européenne Josep Borrell a déclaré dimanche que les mouvements navals turcs en Méditerranée après la signature de l’accord maritime entre l’Egypte et la Grèce « causent une grande inquiétude ».

Il a souligné que ” les différends doivent être résolus conformément au droit international « , soulignant que « l’Union européenne s’est engagée à contribuer au règlement des différends et des disparités dans cette région d’une importance vitale pour la sécurité ».

Il a conclu : « Le cours actuel ne servira pas les intérêts de l’Union européenne ou de la Turquie, et nous devons travailler ensemble pour la sécurité méditerranéenne. »

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé vendredi la reprise de l’exploration des hydrocarbures dans la région contestée de la Méditerranée orientale, au lendemain de la signature d’un accord maritime entre Athènes et le Caire qu’Ankara avait dénoncé.

La marine turque a par ailleurs diffusé une notice d’information maritime (Navtex) indiquant que l’Oruç Reis mènerait ses recherches du 10 au 23 août dans une zone située entre les îles de Crète, dans le sud de la Grèce, et de Chypre et au large de la ville turque d’Antalya. Les navires sismiques ont pour mission de repérer d’éventuels gisements sous-marins.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer