fbpx

Guterres: nous sommes les protecteurs des résolutions de l’ONU et de la légitimité internationale de la Cause palestinienne

Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Antonio Guterres, a annoncé, mardi, quant à la Cause palestinienne, que l’ONU est protectrice de ses résolutions et de la légitimité internationale.
C’est ce qui ressort d’une déclaration de Guterres lors d’une conférence de presse, tenue au siège de l’ONU, en réponse à une question sur l’expression d’une position claire à l’égard du plan américain pour la paix, connu sous l’appellation « Accord du siècle ».

Le président américain, Donald Trump, avait annoncé le prétendu “Accord du siècle“, mardi, lors d’une conférence de presse à Washington, en présence du Premier ministre israélien sortant Benyamin Netanyahu.
Le plan américain prévoit la création d’un État palestinien sous la forme d’un archipel relié par des ponts et des tunnels et de faire de la ville de Jérusalem la capitale “indivisible” d’Israël.
Et Guterres d’ajouter que « nous sommes les protecteurs des résolutions de l’ONU et de la légitimité internationale lorsqu’il s’agit de la Cause palestinienne et nous tenons absolument à la solution à deux Etats (palestinien et israélien) ».

Il a poursuivi, dans ce contexte, que « nous nous engageons à soutenir les Israéliens et aux Palestiniens jusqu’à ce qu’ils entament un processus de paix conduisant à la solution à deux Etats, sur la base des résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale de l’ONU ainsi qu’aux frontières d’avant 1967 ».

Guterres a assuré, dans le même ordre d’idées, que la position de l’ONU est ainsi claire et qu’elle ne changera pas.
Les résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale de l’ONU relatives à la Cause palestinienne considèrent que la solution à deux Etats, palestinien et israélien, est le seul moyen d’instaurer la paix au Moyen-Orient.

Ces résolutions mettent l’accent sur l’illégalité de la colonisation israélienne sur les terres palestiniennes occupées et sur la nécessité d’y mettre fin ainsi que du retrait d’Israël de tout le territoire palestinien, occupé depuis 1967, dont Jérusalem-Est qui est supposée être la capitale de l’Etat palestinien.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer