Israël lance des raids destructeurs sur la bande de Gaza ​et le Hamas réagit

L’escalade militaire entre le Hamas et Israël s’est intensifiée dans la nuit de mardi 11 à mercredi 12 juin, avec des centaines de roquettes lancées par le mouvement islamiste sur la métropole israélienne Tel-Aviv et un déluge de raids destructeurs de l’armée israélienne sur la bande de Gaza.

Tsahal a indiqué avoir lancé de nouvelles frappes contre la bande de Gaza, peu après l’annonce de centaines de roquettes nocturnes tirées par le Hamas et le Jihad islamique contre la métropole israélienne de Tel Aviv. Le bilan humain, lui, continue de grimper tandis que les appels au calme de la communauté internationale restent sans effet.

Tsahal a indiqué mercredi matin avoir mené une nouvelle série de raids destructeurs sur cette enclave palestinienne où le Hamas au pouvoir a fait état de la destruction du siège de sa police. Les forces israéliennes ont indiqué avoir “achevé une série de raids, frappant des maisons qui appartenaient à des membres de haut rang” du Hamas.

Après une première salve de roquettes tirées en direction de Tel-Aviv mardi soir, le Hamas a indiqué dans la nuit lancer 110 nouveaux missiles vers la métropole israélienne “en représailles à la reprise des frappes contre des immeubles habités par des civils”. Le mouvement armé a également annoncé tirer 100 roquettes vers Beersheva, ville du sud où les sirènes d’alarme ont retenti, comme à Tel-Aviv.

De son côté, le Jihad islamique, deuxième groupe armé palestinien de la bande de Gaza dont au moins deux commandants ont péri dans des raids de l’armée israélienne, a annoncé avoir mené tôt mercredi une “frappe puissante contre l’ennemi, avec 100 missiles tirés en riposte aux frappes sur des bâtiments et des civils”.

Deux nouvelles personnes ont été tuées en Israël par le tir d’une roquette en provenance de Gaza qui s’est abattue sur leur voiture, dans la ville de Lod près de Tel-Aviv, a rapporté la police. Et un Palestinien a été tué dans des heurts avec l’armée israélienne dans le sud de la Cisjordanie occupée, ont rapporté tôt mercredi des sources officielles palestiniennes.

La communauté internationale a appelé au calme face à cette flambée de violence, la pire depuis des années entre le Hamas et l’État hébreu, déclenchée à la suite de heurts à Jérusalem-Est occupée.

Côté palestinien, les attaques israéliennes menées avec des avions de chasse et des hélicoptères de combat ont fait au moins 35 morts parmi lesquels 12 enfants, et au moins 230 blessés, selon le ministère de la Santé à Gaza. Des commandants du Hamas et du Jihad islamique ont par ailleurs péri dans ces frappes, ont confirmé ces groupes.

En Israël, ce sont cinq personnes qui ont été tuées au total dans les tirs de roquettes et des dizaines d’autres ont été blessées, selon la police et les services de secours.

L’armée a confirmé avoir ciblé un bâtiment dans le centre de Gaza, indiquant qu’il était utilisé par le Hamas pour ses activités de renseignement militaire. “En réponse à des centaines de roquettes tirées ces dernières 24 heures, l’armée a frappé un certain nombre de cibles terroristes et combattants terroristes à travers la bande de Gaza”, a indiqué l’armée, précisant qu’il s’agissait des plus grandes frappes depuis la guerre de 2014 dans l’enclave.

Israël et le Hamas se dirigent vers une “guerre à grande échelle”, a prévenu mardi l’émissaire de l’ONU pour le Proche-Orient Tor Wennesland, alors que l’escalade des violences ne laisse présager, pour l’instant, aucun signe d’apaisement.

Face aux violences, le Conseil de sécurité de l’ONU tient mercredi une nouvelle réunion à huis clos en urgence, la deuxième en trois jours, d’après des sources diplomatiques. La première réunion lundi s’était soldée sans aucune déclaration commune en raison de réticences des États-Unis à adopter un texte “à ce stade”.

par: Arab Observer 



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page