Mesures européennes de lutte contre la propagande terroriste sur Internet

La Commission, le Parlement et le Conseil européen ont trouvé un accord politique pour aboutir à un nouveau cadre contre la propagande terroriste sur Internet, les Européens vont imposer le retrait des plateformes de photos, vidéos ou messages en ligne à caractère terroriste, en une heure maximum.

Après deux ans de discussions, les eurodéputés et pays membres de l’Union européenne ont franchi un nouveau pas dans la lutte antiterroriste. Un nouveau règlement, après adoption, permettait d’imposer aux plateformes le retrait d’un contenu à caractère terroriste en une heure maximum.

Dans un communiqué, la Commission européenne pointe l’enjeu qu’il y a à aller très vite en la matière. « C’est dans les heures qui suivent leur apparition que les contenus à caractère terroriste causent le plus de tort », écrit Bruxelles. Et d’ajouter qu’avec ce nouveau cadre, « la diffusion des idéologies extrémistes en ligne pourra être contrée, ce qui est vital pour combattre la radicalisation et prévenir les attentats ».

Il doit encore être adopté par par le Parlement européen et le Conseil, institution représentant les Etats membres , une fois ce texte européen entré en vigueur, les plateformes internet comme Twitter ou YouTube auront donc une heure pour retirer les contenus signalés comme terroristes. Un délai crucial car en quelques heures, un message peut être vu des millions de fois.

Les plateformes devront aussi mobiliser des algorithmes pour filtrer et intercepter les contenus terroristes. Ces mesures proactives, écrit la Commission, doivent servir à empêcher l’utilisation abusive de leurs services pour émettre de la propagande terroriste. Par exemple, sur la base d’une empreinte numérique d’une vidéo illicite, ils devront faire en sorte d’intercepter d’éventuelles copies avant leur mise en ligne.

Clément Beaune, secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, évoque une “avancée majeure”, tandis que la commissaire européenne Yla Johansson rappelle de son coté que les vidéos postées par les terroristes sont des outils de recrutement. Ainsi, bloquer la propagande est essentiel pour lutter contre la radicalisation.

Notable qu’avec cet accord chaque pays pourra intervenir au-delà de ses propres frontières. Beaucoup de plateformes internet et de réseaux sociaux ont leur siège européen en Irlande ou à Malte, mais si la France veut faire retirer une photo, une vidéo ou un appel au meurtre diffusés sur ces dernières, elle pourra faire un signalement et les plateformes devront obtempérer sous peine d’amendes.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page