La Suède a réclamé de au régime turc de mettre fin à son agression contre la Syrie

La Suède a réclamé de nouveau au régime turc de mettre fin à son agression contre les territoires syriens, et de respecter « les libertés » en Turquie.

Dans une conférence de presse tenue aujourd’hui à Ankara et rapportée par l’agence de presse « Associated Press », la ministre suédoise des AE, Ann Linde, a réclamé au ministre des AE du régime turc, de retirer ses forces d’agression de la Syrie, critiquant ses pratiques répressives de la liberté d’expression en Turquie.

La ministre suédoise des Affaires étrangères, Ann Linde est préoccupée par les conflits qui perdurent au Haut-Karabakh malgré la trêve.

“Nous soutenons les efforts du Groupe de Minsk de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), le respect à la trêve humanitaire et au droit humanitaire, a déclaré Linde. Le conflit ne peut être résolu que par les voies pacifiques. Il faut revenir à la table des négociations. Nous sommes préoccupés par les conflits qui perdurent malgré la trêve et appelons les parties à la respecter.”

Abordant les relations entre la Suède et la Turquie, Linde a poursuivi : “Nous voyons bien que la Turquie fait face à des difficultés dans sa propre région. Mais j’ai expliqué que l’Union européenne (UE) n’a pas changé de position concernant le nord-est de la Syrie. Nous demandons avec persistance que la Turquie se retire de la région (nord-est de la Syrie).”

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu a critiqué la Suède qui “exige” de la Turquie qu’elle se retire de Syrie.

“L’utilisation du mot anglais ‘urge’ en diplomatie, reflète une approche méprisante, le mot est inconvenable, a-t-il dit. Avec quelle compétence demandez-vous notre retrait? Est-ce le Régime syrien qui a accordé une telle compétence à la Suède et à l’Union européenne (UE)? Nous ne voulons pas diviser la Syrie, mais vous, vous nous dites de nous retirer pour pouvoir soutenir l’organisation terroriste PKK qui veut diviser le pays.”

Cavusoglu a appelé à agir de manière juste et de distinguer les frères kurdes des terroristes.
Il a aussi reproché à la Suède et aux pays scandinaves d’avoir une approche de deux poids deux mesures, tout en donnant l’exemple des Chypriotes turcs.

“Pourquoi n’évoquez-vous pas les droits des Chypriotes turcs?, a demandé Cavusoglu. La Suède et les pays scandinaves parlent du droit international, des droits de l’Homme, de la justice. Mais qu’en est-il alors des droits des Chypriotes turcs? N’ont-ils aucun droit sur les ressources d’hydrocarbure? Vous ne pouvez pas en parler et cela à cause de la solidarité au sein de l’UE. La solidarité est une bonne chose dans un bon contexte, mais une solidarité dans un cadre injuste rendra l’UE aveugle.

par:  Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page