<link rel="stylesheet" id="jazeera-css" href="//www.fontstatic.com/f=jazeera" type="text/css" media="all">

La Turquie menace de cesser de traiter les milices al-Sarraj blessées en raison de la dette

La Turquie a menacé le “gouvernement Sarraj” de cesser de soigner et d’abriter les blessés blessés lors d’opérations militaires contre l’armée libyenne dirigée par Khalifa Haftar, si les dettes accumulées pour ses hôpitaux ne sont pas payées.
Un document divulgué par le bureau de santé de l’ambassade du gouvernement Sarraj à Ankara a révélé que les hôpitaux turcs ont refusé de traiter le personnel de sécurité et les milices militantes avec le gouvernement Sarraj dans la capitale Tripoli.

Dans une lettre adressée au chef du Bureau de la santé de l’ambassade de Libye à Ankara au Centre de médecine de terrain et de soutien du ministère de la Santé du Gouvernement d’Al-Sarraj, qui est chargé de compter les blessés et les blessés des opérations militaires des forces d’Al-Wefaq, dans laquelle on lui a demandé de ne pas envoyer de nouveaux blessés dans les hôpitaux turcs, sauf après avoir envoyé un dépôt pour payer Dette et autres dépôts pour assurer la poursuite du traitement et de l’hébergement.
Il convient de mentionner que des centaines de combattants blessés de milices armées du gouvernement d’Al-Sarraj, sont dans des hôpitaux turcs pour le traitement sous la supervision du gouvernement turc, tandis que le gouvernement d’Al-Sarraj paie pour leur traitement, comme l’indiquent les dernières statistiques annoncées par le Centre de médecine de terrain et de soutien du ministère de la Santé Al-Wefaq En juin de l’année dernière, 492 blessés ont été hospitalisés en Turquie.

Le dossier des blessés en Libye, l’un des plus difficiles et corrompus, depuis le déclenchement de la révolution du 17 février 2011, où il a accumulé d’importantes dettes pour les hôpitaux étrangers et les établissements de santé, le fardeau du paiement est supporté par le gouvernement , qui fait face à des difficultés financières en raison de la suspension continue du pompage et de l’exportation de pétrole des ports pétroliers à l’est Dans le sud du pays, en raison de protestations tribales contre le gaspillage d’argent public en payant les salaires des mercenaires étrangers et en achetant des armes pour tuer les Libyens.

 

par: Arab Observer

Tags
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Optimized with PageSpeed Ninja