<link rel="stylesheet" id="jazeera-css" href="//www.fontstatic.com/f=jazeera" type="text/css" media="all">

L’armée libyenne renforce le contrôle de la frontière avec la Tunisie

Le Commandement général de l’armée libyenne a annoncé jeudi d’importants développements sur le terrain dans l’ouest du pays, ce qui a contribué au changement de l’équilibre des pouvoirs vers l’approche de l’armée libyenne pour renforcer le contrôle de l’ensemble de la frontière terrestre libyenne avec la Tunisie.
L’armée libyenne, dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, s’oriente vers l’imposition de nouvelles équations dans l’équilibre des pouvoirs de la scène militaire dans l’ouest de la Libye.
Les forces fidèles au gouvernement d’union nationale ont mené des attaques sur les différents fronts de Tripoli contre les forces du maréchal Haftar. Les forces du GNA ont aussi mené une attaque surprise pour récupérer la base aérienne d’al-Watiya à 125 kilomètres à l’ouest de la capitale.
Ces violences interviennent malgré la trêve acceptée par les deux parties la semaine dernière. Il s’agit des plus violents combats enregistrés depuis la bataille de Garian en juin dernier. Rien ne semble pouvoir stopper les combats en Libye, ni les appels internationaux ni les multiples trêves de l’ONU ni, non plus, le coronavirus. Bien au contraire les deux parties rivales semblent vouloir tirer profit de cette pandémie pour réaliser des avancées sur le terrain.

C’est ainsi que ce mercredi matin, les forces fidèles au gouvernement Fayez el-Sarraj ont lancé une attaque globale sur les différentes lignes de front. Bien au-delà de la capitale, ils ont visé la base aérienne d’al-Watiya, la seule sous contrôle de l’armée nationale libyenne à l’ouest du pays, les forces du maréchal Haftar ont répliqué par des bombardements ,et l’opération des forces du GNA a échoué , non seulement, la base aérienne n’est pas tombée entre les leurs mains, mais les forces pro-Haftar en ont réussi pour prendre le contrôle de Zilten à l’est de Tripoli et encercler la ville de Zuwara à l’ouest. Ras Jedir, le poste frontière avec la Tunisie au nord-ouest de la Libye, jusque-là contrôlé par les forces du GNA, serait également menacé. Si ces lignes de front se maintiennent, Tripoli sera encerclé à l’ouest comme à l’est par les forces de Khalifa Haftar. Les forces du GNA ont, en revanche, réussi à progresser au sud-ouest de Tripoli jusqu’à Al-Aziziyah, au sud-ouest de Tripoli.
l’armée nationale libyenne dirigée par le maréchal Haftar a ègalement étendre son contrôle sur une centaine de kilomètres de littoral vers la frontière tunisienne. Elle affirme qu’elle se positionne désormais à proximité du point de passage vers la Tunisie.

Les autorités tunisiennes ont élevé le statut d’alerte maximale de leurs forces militaires et sécuritaires déployées le long de la frontière avec la Libye (sud-est) en prévention de toute urgence à la lumière des récents affrontements armés du côté libyen, a annoncé jeudi le ministère tunisien de la Defense, Selon le ministère “l’armée a relevé le niveau de vigilance et de préparation pour un discernement précoce de tous les mouvements suspects et un stricte traitement de chaque urgence éventuelle, en étroite coopération avec les forces de sécurité et la garde nationale”.
Cette alerte a été dictée, selon la même source, à la lumière d’une escalade de manoeuvres armées entre les forces du gouvernement de réconciliation libyen dirigé par Fayez al-Sarraj et les unités de l’armée libyenne dirigées par le maréchal Khalifa Hafter.
Dans sa déclaration, le ministère tunisien de la Défense a expliqué que cette mesure “s’inscrit dans le cadre du suivi de la situation sécuritaire dans les zones frontalières maritimes et terrestres, avec le territoire libyen”.

par: Arab Observer

Tags
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Optimized with PageSpeed Ninja