Lavrov souligne l’importance de régler la question du barrage de la Renaissance

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a souligné lundi l’importance de régler la question controversée du Grand barrage de la Renaissance (GERD) construit en Ethiopie par le dialogue politique.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry a déclaré lundi que son pays compte sur la Russie pour arrêter les mesures unilatérales de l’Éthiopie dans le dossier du barrage de la Renaissance.

“Moscou est convaincu qu’une solution coordonnée sur le GERD peut être trouvée entre les parties concernées, ce qui garantira les intérêts légitimes de toutes les parties et ouvrira la voie à une résolution globale de cette question”, a indiqué M. Lavrov lors d’une conférence de presse télévisée commune avec son homologue égyptien Sameh Choukri.

La Russie accorde beaucoup d’attention à la résolution de la question du GERD par la promotion du dialogue politique et la création de bonnes conditions pour reprendre les négociations, selon M. Lavrov.

“Nous sommes convaincus qu’il existe une solution à la crise du barrage de la Renaissance, susceptible de garantir les intérêts légitimes des trois pays”, a-t-il ajouté.

Nous comptons sur le rôle de l’Union africaine dans la reprise des négociations, rappelant que son pays n’a pas été invité auparavant à intervenir dans le dossier du barrage.

“L’Egypte a réalisé d’immenses efforts et montré sa flexibilité pendant plus d’une décennie en vue de résoudre la question du barrage par les négociations”, a affirmé M. Choukri.

Il a souligné que le problème du GERD est “vital pour les pays en aval et ne peut pas être réglé par les négociations si l’une des parties concernées insiste pour prendre des mesures unilatérales”.

Samedi dernier, l’Egypte et le Soudan, qui ont assuré qu’ils souhaitaient un accord juridiquement contraignant sur l’exploitation du barrage, ont rejeté une proposition éthiopienne de partager les données sur l’exploitation de son grand barrage hydroélectrique.

Au cours de ces dernières années, les relations égypto-russes ont connu une évolution sans précédent, notamment après la visite du président russe Vladimir Poutine au Caire, à la fin de l’année 2017, qui a vu la signature d’une série d’accords économiques pour la centrale nucléaire de ”Dabaa”.

par: Arab Observer 



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page