Le Canada prolonge l’interdiction d’exporter les armes à la Turquie

Le Canada a annoncé que l’interdiction du pays d’exporter de nouvelles armes vers la Turquie a été prorogée indéfiniment, a rapporté Canadian CBC News.
Le gouvernement libéral avait imposé un commentaire sur l’approbation des permis d’exportation l’automne dernier après que les forces turques aient lancé une attaque contre le nord de la Syrie.
Charles Marie Matte, directeur adjoint de la division Contrôle des exportations pour les affaires mondiales, a déclaré dans un courriel que les approbations avaient été suspendues “jusqu’à nouvel ordre”.

La Turquie figure sur la liste des pays «de confiance» du gouvernement canadien, où les entrepreneurs canadiens de la défense peuvent faire des affaires en toute sécurité et vendre des armes sophistiquées. Cependant, la nouvelle notification indique clairement que certains articles militaires seront rejetés pour la Turquie. En d’autres termes, les sociétés propriétaires de ces produits devraient prendre la peine de demander l’autorisation de les vendre à la Turquie.
Les articles concernés par la résolution comprennent des munitions, des armes légères, des boucliers, des équipements de protection, des appareils électroniques et autres. La Turquie s’est déclarée prête à acheter le système de missile de défense aérienne “Patriot” de fabrication américaine s’il obtenait un bon prix de Washington.

La semaine dernière, des rapports internationaux ont cité le ministre des Affaires étrangères du pays, Mevlüt Cavusoglu, disant que son pays était intéressé par l’achat dans le cadre d’une solution à l’impasse avec l’administration du président Donald Trump concernant l’achat du gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan d’un système de défense aérienne de fabrication russe du S-400.
Depuis l’invasion turque de l’automne dernier, les tensions entre la Turquie et la Syrie ont augmenté et sont au bord du conflit l’hiver dernier. Des affrontements directs ont eu lieu entre l’armée turque et les forces gouvernementales syriennes fin février-début mars.

Une frappe aérienne sur le territoire tenu par les rebelles dans le gouvernorat d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, le 27 février, a tué 34 soldats turcs.
En réponse, la Turquie a abattu trois avions de guerre syriens et utilisé des drones armés pour mener plusieurs attaques contre des forces fidèles au régime.
Plusieurs autres pays, dont la France, la Suède, la République tchèque, la Norvège, les Pays-Bas, la Finlande, l’Espagne et l’Allemagne,  ont imposé un embargo sur les armes à la Turquie.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page