<link rel="stylesheet" id="jazeera-css" href="//www.fontstatic.com/f=jazeera" type="text/css" media="all">

Que fait Rached Ghannouchi en Turquie ?

Au lendemain d’une plénière houleuse au parlement et le rejet par une large majorité du gouvernement Habib Jmel, ce qui renvoi le bloc parlementaire d’Ennahdha et ses alliés dans le camp de l’opposition et pourrait lui coûter de perdre tout contrôle sur le futur gouvernement. Dans un contexte d’extrême tension en Libye avec tous les risques d’embrasement de la région, notamment après l’accord conclu entre Sarraj et Erdogan, un accord très largement contesté à l’échelle internationale, que peut bien faire Rached Ghannouchi chez Erdogan?

Pour l’agence de presse officielle Turque, Erdogan a eu des entretiens en tête à tête avec le Président du parlement tunisien alors que le mouvement Ennahdha parle, dans un communiqué, d’une rencontre privée planifiée depuis longtemps et qui visiblement ne pouvait être reportée. Les relations privilégiées de Rached Ghannouchi-Ennahdha avec Erdogan restent prioritaires.

En attendant Abir Moussi, qui a proposé une pétition appelant à la destitution de Rached Ghannouchi de la Présidence de l’Assemblée, a vigoureusement condamné cette rencontre la considérant comme un acte de haute trahison.
La présidente du Parti Destourien Libre, Abir Moussi a publié, sur sa page Facebook un post dans lequel elle condamne le fait que le président du parlement se déplace en Turquie pour une réunion à huis clos avec le président turc à propos duquel l’ARP avait demandé la publication d’une décision pour lui signifier le refus de son intervention en Libye.

Moussi a ajouté que si cette visite effectuée sans l’aval de l’ARP et sans qu’il soit commandité ne conduit pas à lui retirer la confiance et à l’écarter de la présidence de l’ARP, on serait face à une haute trahison et à une complicité dans des complots contre la sûreté de l’Etat.

L’élu Tahya Tounes, Mabrouk Korchid a relevé une infraction du protocole diplomatique de la part du président du Parlement, Rached Ghannouchi, en rapport avec sa visite en Turquie, hier samedi.

C’est dans un post Facebook datant de ce dimanche 12 janvier 2020 que M. Korchid a précisé que M. Ghannouchi a porté atteinte à la souveraineté tunisienne puisque la réunion entre lui et le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, s’est déroulée sans la présence de l’ambassadeur tunisien en Turquie.

L’ancien ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières a, par ailleurs, souligné que l’invitation du président turc doit systématiquement passer par les institutions de l’Etat et que son acceptation par M. Ghannouchi doit être rendue publique vu son statut.

« L’Etat a le droit de connaitre les détails lors de cette visite qui s’est déroulée sans son contrôle », peut-on lire dans ce statut.

La rencontre a abordé les enjeux dans la région et les défis à relever. Elle a comporté aussi un volet économique où M. Ghannouchi a incité M. Erdoğan à multiplier les investissements turcs en Tunisie.

Tags
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Optimized with PageSpeed Ninja