le FBI met en garde contre des manifestations armées aux États-Unis

Selon des médias américains, un document interne de la police fédérale américaine ( le FBI) prévient que des partisans armés du président républicain pourraient participer à des manifestations dans les 50 États américains dès ce samedi et jusqu’au 20 janvier, date de l’investiture.

A 8 jours de la prestation de serment de Joe Biden, les Etats-Unis se sécurisent, la capitale est sur le pied de guerre, alors que le FBI craint que des groupes armés manifestent à Washington DC, et ailleurs dans le pays à la veille de l’investiture du président élu Joe Biden.

Une note interne consultée par plusieurs médias américains fait état de manifestations armées dans les capitales des 50 Etats du pays à partir du 16 janvier. Cette information est aussi reprise par un élu du Congrès cité par France TV. Cette note évoque “un groupe identifié” mais sans en préciser le nom, un groupe qui aurait prévu de prendre d’assaut des bâtiments gouvernementaux au cas où le président Trump est destitué avant le 20 janvier.

Ce même groupe aurait prévu d’attaquer les bâtiments gouvernementaux dans chaque Etat le jour de l’investiture, peu importe que cet Etat ait certifié ou non la victoire de Joe Biden.

Les élus démocrates à la Chambre prévoient un vote sur l’acte d’accusation de Donald Trump dès mercredi. C’est le premier pas vers sa destitution. Les démocrates accusent le président Trump d’incitation à l’insurrection. Ce vote aura lieu sauf si le vice-président Mike Pence cède à l’ultimatum d’invoquer le 25e amendement de la Constitution pour révoquer le président.

Lors de son investiture, Joe Biden cherchera à promouvoir un message d’unité et s’emploiera à donner l’exemple en se rendant immédiatement après la cérémonie au cimetière national d’Arlington avec trois de ses prédécesseurs: Barack Obama, Bill Clinton et George W. Bush. Il y déposera alors une gerbe sur la tombe du soldat inconnu et s’adressera à une Amérique meurtrie et divisée pour lancer un appel à l’unité.

Le président sortant Donald Trump a fait savoir qu’il ne participerait pas à la cérémonie. Son absence le 20 janvier “est une bonne chose”, a estimé Joe Biden. L’ex-président démocrate Jimmy Carter sera aussi absent en raison de son grand âge, à savoir 96 ans.

Le futur président démocrate a la lourde responsabilité de panser les plaies d’un pays victime de crises économique et sanitaire, profondément divisé par une élection et de fortes tensions raciales.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page