Le fils du responsable palestinien Nabil Shaath arrêté en Egypte pour ses liens avec une cellule des frères musulmane

La famille de Rami Shaath, le fils de Nabil Shaath, ancien ministre des Affaires étrangères palestinien, désormais conseiller du président palestinien, a demandé aux autorités égyptiennes de le libérer après son arrestation il y a quelques semaines, dans le cadre d’une affaire de cellule liée aux Frères musulmans.

La famille de Rami Shaath et de son épouse française Céline LeBron a publié un communiqué demandant à l’Égypte de libérer son fils, soulignant qu’il était toujours détenu à la prison de Tora, au sud du Caire.

Rami, 48 ans, titulaire de la double nationalité égyptienne et palestinienne, est le fils de M. Nabil Shaath, ancien ministre des Affaires étrangères de l’Autorité nationale palestinienne (ANP), vice-Premier ministre de l’Autorité nationale palestinienne (ANP). Relations internationales et président du «Département des émigrants».

Elle a ajouté que Nabil Shaath avait été professeur à l’Institut national de la haute direction en Égypte, affilié à l’ancien président Gamal Abdel Nasser, et était l’un de ses conseillers. Il possède la citoyenneté égyptienne et a ensuite été obtenu par son fils Rami.

La famille a déclaré que Rami avait été arrêté à son domicile au Caire le vendredi 5 juillet à 1 heure du matin, confirmant sa comparution quelques heures plus tard devant le procureur de la sûreté de l’État, où il était inculpé dans l’affaire “d’espoir”. Il est accusé d’avoir aidé un groupe terroriste. .

Elle a ajouté que malgré les assurances qu’il serait libéré, sa détention a été constamment renouvelée, appelant à sa libération immédiate.

Pour sa part, une source de sécurité a révélé que la “cellule de l’espoir”, saisie par les autorités égyptiennes et renvoyée pour enquête devant les autorités judiciaires, détient le numéro 930 de 2019, ainsi que le nombre d’accusés dans lesquels environ 35 personnes.

La source a déclaré que le ministère public avait décidé d’incarcérer un certain nombre d’accusés après avoir été inculpé par un groupe constitué en violation des dispositions de la loi, dont le but est d’appeler à une perturbation des dispositions de la Constitution et de la loi et d’empêcher les institutions de l’État et les autorités publiques d’exercer leur travail ainsi que la publication d’informations et de fausses données. La situation politique et économique dans le pays, dans le but de troubler la paix publique et de saper la confiance dans les institutions de l’État.

Le ministère égyptien de l’Intérieur a révélé les détails de l’affaire en juillet dernier. Il avait annoncé la saisie de 19 entreprises et entités économiques dirigées par des dirigeants de la Fraternité basées en Turquie, et finançant les activités du groupe en Égypte, en particulier la violence, impliquant un certain nombre d’activistes représentant les forces politiques civiles sous le nom Le plan d’espoir. ”

Les autorités ont révélé que le projet consiste à unir le groupe et à fournir un soutien financier à partir des revenus et des bénéfices de certaines entités économiques dirigées par les dirigeants du groupe afin de cibler l’État et ses institutions.

Les informations sur la sécurité nationale ont révélé que le programme mis en place par la cellule et ses membres reposait sur la création de routes pour les flux de trésorerie illicites provenant de l’étranger, en coopération avec la Fraternité, afin de financer les mouvements anti-pays et de mener à bien des actes de violence et des émeutes contre des institutions de l’État. Inciter les médias à travers les médias sociaux et les chaînes satellites diffusées depuis l’étranger.

Elle a souligné que les éléments les plus importants en fuite avaient été identifiés à l’extérieur du pays et fondés sur la mise en œuvre du plan, à savoir le dirigeant des Frères musulmans, Mahmoud Hussein, secrétaire général des Frères musulmans, et le chef du groupe, Ali Batikh, et les médias Moataz Mattar et Mohamed Nasser condamnés par une ordonnance judiciaire et le fugitif Ayman Nour.

Le ministère égyptien de l’Intérieur a déclaré que ces informations avaient été traitées et qu’une grève de sécurité avait été menée en coordination avec le parquet, pour le compte d’un certain nombre d’entités économiques et de responsables, ainsi que pour les cadres de la Fraternité et associés au mouvement. Ces résultats ont permis d’identifier et de cibler 19 entreprises et entités économiques dirigées par des dirigeants de la Fraternité. Financier, certains appareils électroniques et les médias.

Elle a indiqué que les personnes impliquées dans le mouvement et les responsables de la gestion de ces entités dans le pays sont Mustafa Abdel Moez Abdel Sattar Ahmed, Oussama Abdel Aal Mohammed Al Aqabawi, Omar Mohammed Al Shunaïti, Hussam Moanes Mohamed Saad, Ziad Abdel Hamid Al Alimi et Hisham Fouad Abdel Halim, Hassan Mohamed Hassan Barbary, retrouvé en possession de nombreux documents d’organisation et des fonds ont été préparés pour financer les éléments du projet.



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page